OM : Accusé d’être un « suc... » du Qatar, Pierre Ménès se confie aux fans de l’OM

OM : Accusé d’être un « suc... » du Qatar, Pierre Ménès se confie aux fans de l’OM

Photo Icon Sport

Personnage très présent sur les réseaux sociaux en plus de ses activités médiatiques, Pierre Ménès porte la lourde étiquette d’être anti-OM. Souvent pris à partie sur Twitter notamment, le consultant vedette de Canal+ est une cible régulière des supporters marseillais, et vice-versa. S’il reconnaît que plus de 50 % des twittos bloqués sur son compte sont probablement fans de l’OM, il refuse clairement, et comme d’habitude sans langue de bois, toute velléité à l’encontre du club provençal. Dans une discussion pour le TwittOM Talk Show, l’ancien journaliste explique qu’il fait la part des choses, et apprécie même beaucoup le club marseillais.

« On me reproche ma façon de parler de Marseille. Je ne vais pas parler de Marseille différemment de la manière dont je parle des autres. J’ai une maison à La Baule, pas loin de Nantes, j’ai de superbes relations avec le FC Nantes. Sauf que cette année, malgré l’apport de Ranieri, je me fais ch... comme un rat mort à voir jouer cette équipe. Ils ont des bons résultats, mais c’est une purge. Et je me fais assassiner par les supporters de Nantes. Vraiment. Je ne suis pas là pour être populaire auprès des supporters de l’OM. Je sais quelle est ma relation avec le club et l’entraineur. Je sais qu’il n’y a pas une équipe de Ligue 1 à part Strasbourg où j’ai plus de copains qu’à Marseille. Et ça ne date pas d’hier. Les gens ne savent pas ma relation avec le club. Je m’entend bien avec eux, la direction, l'entraineur, le speaker même, mais pas avec les supporters. J’ai peut-être eu le malheur de dire que j’étais supporter du PSG quand j’étais jeune. Excusez-moi d’être né à Paris, quand j’étais jeune, j’allais au Parc des Princes. C’était de 1977 à 1982, donc ça date un peu. Pour les Marseillais, quoi que je dise, quoi que je fasse, je suis un suceur du Qatar. Grand bien leur fasse. Cela ne m’empêche pas de dormir », a souligné Pierre Ménès, qui n'a que faire de sa relation houleuse avec les supporters de l'OM, laquelle a pris une tournure encore plus orageuse cette saison quand il avait révélé que Patrice Evra avait pété les plombs avec son coup de pied à un supporter après avoir entendu des insultes racistes.