Le coup de la glacière, Bielsa l'a piqué à Guy Roux !

Le coup de la glacière, Bielsa l'a piqué à Guy Roux !

Photo Icon Sport

Ses conférences de presse, son schéma tactique, le style de jeu… Marcelo Bielsa ne fait rien comme les autres entraîneurs de Ligue 1. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette originalité s’avère pour le moment payante étant donnée la réussite actuelle de l’OM, leader du championnat après huit journées. Huit matchs durant lesquels on a vu l’Argentin assis sur sa fameuse glacière qui fait le buzz depuis quelques jours. De quoi rendre Guy Roux jaloux, lui qui reconnaît volontiers la touche Bielsa dans la forme de l’OM mais qui affirme (avec humour) qu’il est à l’origine du phénomène de la glacière.

« Cette équipe développe pour l’instant un jeu exceptionnellement bon. Et unique, car aucune autre ne joue comme elle et pas seulement au niveau du rythme, mais surtout lors de la mise en route de la récupération, a noté l’ancien coach de l’AJ Auxerre dans La Provence. Les Marseillais apparaissent presque comme irrésistibles et en plus ils ne sont pas maladroits du tout, avec des joueurs capables de tirer de loin dans les coins ! Ils sont très en forme, mais on connaissait aussi leur valeur avec des garçons comme Gignac qui démontre, à son poids de forme et bien au niveau psychologique, son grand talent. Les jeunes ont aussi un an de plus par rapport à la saison dernière et se sont stabilisés, ils ont pris la mesure de l’environnement, a poursuivi le consultant, avant d’évoquer le « siège » du technicien argentin. En revanche, Bielsa n’a pas inventé le coup de la glacière (rires). Moi aussi, je refusais de m’asseoir dans le creux du banc de touche, alors je piquais une chaise dans les vestiaires pour suivre les matchs à sa manière. Sinon, je ne connais pas le personnage, mais s’il paraît un peu particulier, il démontre de grandes qualités professionnelles. Je n’avais pas trop compris les premiers matchs, mais il n’effectuait que des essais. On ne peut pas dire qu’il manage mal son équipe ! »