L1 : Agent occulte ? Labrune répond frontalement aux attaques

L1 : Agent occulte ? Labrune répond frontalement aux attaques

Photo Icon Sport

Pour le grand public, Vincent Labrune a disparu des radars depuis que l'Olympique de Marseille a été vendu par Margarita Louis-Dreyfus à Frank McCourt. Mais l'ancien patron de l'OM n'a pas coupé avec le foot puisqu'il est membre du Conseil d'administration de la Ligue de Football Professionnel de football depuis novembre 2016. Cependant, certains soupçonnent ouvertement Vincent Labrune de jouer les entremetteurs dans plusieurs transferts, et d'occuper un rôle d'agent de footballeur sans en avoir les facultés.

Répondant à cela dans L'Equipe, Vincent Labrune se défend d'être devenu l'éminence noire de certains clubs et un agent...secret. « Oui, j’ai des connaissances, des amitiés et, du coup, j’ai des infos et des idées. Mais je ne suis pas le conseiller de présidents de clubs en matière de recrutement (...) Moi, j’avais une vie avant le foot et je pense savoir ce qu’est la communication. Encore une fois, j’ai accumulé des connaissances. Et que je puisse mettre de manière transverse, à la disposition de plusieurs présidents, des avis quand ils me sollicitent, où est le problème ? Mais je ne suis pas conseiller (...) Et je ne suis pas agent, comme on a pu vous le dire ! Si j’ai envie de “brainstormer” avec des gens, qui peut m’en empêcher ? Si un président m’appelle pour me dire qu’il a un problème et que j’ai une idée pour l’aider, je la lui donne (...) Vous m’avez parlé d’une dizaine de joueurs sur lesquels j’aurais donné mon avis, eh bien je peux vous en citer une quinzaine de plus. Et alors ? C’est quand même incroyable ! (Il répète.) Je ne suis pas agent, je n’ai jamais voulu être agent et je ne le serai jamais, prévient l’ancien homme fort de l’Olympique de Marseille, qui répond directement à certains agents qui lui reprochent plus ou moins ouvertement de faire leur job. Si je gêne certains agents, ce n’est pas mon problème. J’ai envie d’être sympa (...) Je n’ai de leçon de morale à recevoir de personne. Il n’y a aucun mélange des genres. Être apprécié des dirigeants de certains clubs français et ne pas être aimé de certains agents, je préfère cela que le contraire. »