Diouf : «Pour Santos, c’est une séquestration»

Le président de l’Olympique de Marseille fulminait après l’annonce faite par les autorités espagnoles concernant Santos Mirasierra, qui risque huit ans de prison. « Je suis abasourdi qu’il y ait autant d’entêtement borné, de folie dans ce genre de décision. Tout cela au sortir d’un événement dont il faut rappeler que les premiers coupables sont les policiers espagnols qui avaient chargé de manière très sauvage nos supporters. Et pour se dédouaner, ils avaient trouvé en Santos un bouc émissaire idéal. On pensait que la farce aussi sinistre soit-elle s’arrêterait et voilà qu’aujourd’hui, nous passons à une étape supérieure dans la bêtise et l’inacceptable (…) Il est temps me semble-t-il que l’Etat français aussi prenne conscience de cette affaire. Que les gens qui sont des interlocuteurs directs des pouvoirs publics espagnols puissent s’investir dans cette affaire. Le club reste mobilisé et ne lâchera rien tant que Santos sera entre les mains de ceux qui le séquestrent. Car, il faut appeler cela par le vrai mot : la séquestration », explique Pape Diouf sur le site du club phocéen.