Guingamp accuse « Aulas et sa marionnette Caïazzo »

Guingamp accuse « Aulas et sa marionnette Caïazzo »

Photo Icon Sport

C’est une nouvelle fois le flou le plus total dans les instances du football français. La saison a débuté, et le nombre de clubs qui descendent en Ligue 2 ne sera connu définitivement que dans quelques mois.

Ce dossier a donné lieu à une guerre ouverte entre la Ligue et la Fédération, avec comme conséquence la fin de l’UCPF, dont 19 clubs sur 20 ont démissionné. Guingamp ne l’a pas fait et son président a été exclu de la réunion d’ouverture de « Première Ligue », le nouveau syndicat des clubs pros dirigé par Bernard Caïazzo (ASSE). Pour Bertrand Desplat, cette nouvelle force va surtout tout tenter pour favoriser les gros clubs du championnat, avec Jean-Michel Aulas qui tire les ficelles, et tant pis pour les autres. 

« Quand je vois qu’une réunion est organisée par Jean-Michel Aulas (le président de l’Olympique lyonnais) et sa marionnette Bernard Caïazzo (Saint-Etienne, nouveau président de la Première Ligue), je me dis qu’il y a une forme de prédominance des puissants. Celle-ci est sous-jacente et sournoise. Malgré tout, à ces présidents de clubs que l’on va qualifier de modestes, comme Guingamp, je leur souhaite de peser au maximum dans les débats au sein de leur nouveau syndicat. Sans trop me faire d’illusion. On ne peut pas demander à des clubs d’adhérer à une feuille de route qui se résume à une feuille blanche. Ce n’est pas rassurant et, j’encourage mes collègues qui ont, malgré tout, adhéré à ce syndicat, à être très vigilants », a confié dans Ouest-France le président de l’En Avant Guingamp, un peu esseulé dans ce combat.