Sifflets tunisiens : une affaire d’état

Sifflets tunisiens : une affaire d’état

Les sifflets entendus mardi soir au Stade de France pendant l'hymne national font des vagues.

L’attitude des supporters tunisiens, qui ont sifflé la Marseillaise mardi soir au Stade de France, provoque une vive réaction du monde politique. « C'est insultant pour la France, c'est insultant pour les joueurs de l'équipe de France et ça n'est pas tolérable. Je pense qu'il faudrait interrompre les matches quand les hymnes nationaux, quels qu'ils soient, sont sifflés. C'est un manque de considération, de respect pour toute une nation », a expliqué François Fillon sur RTL. Dans la foulée du Premier Ministre, le Socialiste Julien Dray a expliqué qu’il partageait le même avis. « Je pense qu'il a raison, il faut une sanction par rapport à ce qui vient de se passer, il faut que ceux qui sifflent se rendent compte qu'il y a un respect qui est dû au pays dans lequel on joue, dans lequel on vit. Ce n'est pas un problème de racisme anti-français, c'est un problème de respect », a précisé le porte-parole du PS sur I-Télé.


L’affaire est même remontée jusqu’au sommet de l’état français, puisque mercredi matin Nicolas Sarkozy a convoqué Jean-Pierre Escalettes afin de s'expliquer sur ces évènements. Le président de la République n’a pas apprécié qu’on siffle l’hymne national et tient à le faire savoir au président de la FFF. La ministre des Sports, Roselyne Bachelot, et son secrétaire d'Etat, Bernard Laporte, assisteront à ce rendez-vous.