« Les leaders de la fronde sont sur le déclin »

Numéro trois de la Fédération Française de Football, Henry Monteil est revenu dans le quotidien la Charente Libre sur les évènements de ces derniers jours. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la thèse de l’unanimité de la grève des joueurs a rapidement volé en éclats.

« Des joueurs sont allés voir Domenech dans sa chambre après l’annulation de l’entraînement de dimanche. Ils pleuraient. Ils disaient regretter ce qui se passe. C’étaient des jeunes. Je ne peux pas vous donner de noms. De toute façon, les trois ou quatre leaders de cette fronde sont des joueurs sur le déclin, qui ne joueront plus jamais de Coupe du monde. Qui sont-ils ? Je ne sais pas... Gallas, Abidal, peut-être Henry qui est ami avec Anelka », a carrément balancé Henry Monteil, qui a de toute évidence mal digérée l’épisode du boycott. « Cette lettre, je l’ai lue. Je pense que ce ne sont pas les joueurs qui l’ont écrite. C’était tapé à l’ordinateur et il n’y avait aucune faute d’orthographe. C’était prémédité », a déploré le dirigeant de la FFF qui, comme beaucoup, espère que le ménage sera fait à l’issue de la Coupe du monde pour essayer de repartir sur des bases saines.