Euro : La France mal arbitrée, ça va s'empirer

Euro : La France mal arbitrée, ça va s'empirer

Le premier tour de l’Euro s’est passé de manière correcte au niveau de l’arbitrage dans tous les groupes… sauf celui de la France.

Il faut dire que c’était la poule la plus tendue et de loin, avec trois gros bras qui ont réussi à tous se qualifier. Cela promet donc pour la suite, avec des rencontres à élimination directe où coup de sifflet et chaque utilisation de la VAR peut créer tension et polémique. Surtout que si chacun peut se faire son interprétation, il est tout toujours aussi rare de voir l’arbitre se faire déjuger par ses assistants à la vidéo, même quand cela semble évident. Ainsi, pour son genou dans la tête de Pavard, Gosens n’a pas été inquiété le moins du monde, de même que Lloris pour sa sortie trop musclée sur Danilo, ou encore la faute évidente de Fernandes sur Coman en fin de rencontre contre le Portugal. De quoi interpeller l’ancien arbitre français Saïd Ennjimi, même si la France n’a pas à se plaindre selon lui, notamment en référence au pénalty attribué à Mbappé. 

« C’est un penalty plus que généreux. J’ai regardé quinze fois l’action et je ne comprends toujours pas. Je pensais que le VAR allait rattraper l’arbitre. Sur ce match, le Portugal ne s’en sort pas trop bien, il aurait plutôt dû atteindre la mi-temps à 1-0 et à 11 contre 10 » a expliqué Ennjimi à L’Equipe, avant de livrer son pronostic arbitral pour les prochains matchs. Cela va aller plus vite, et les arbitres vont donc être plus mis en difficulté. « Pour l’instant, les matches sont assez lents alors que ceux des Bleus, eux, vont très vite. Je suis persuadé que plus l’intensité des matches va s’élever, plus les arbitres vont être en difficulté. C’est mécanique. L’enjeu ne sera plus le même, la bienveillance non plus. Espérons que l’utilisation du VAR restera logique, rapide et assumée », a demandé l’ancien arbitre tricolore, qui sait que la VAR n’a jamais fin aux polémiques, mais tente surtout de réparer d’éventuelles erreurs grossières. Pour le reste, cela concerne toujours l’homme en noir et son appréciation des fautes. En attendant, la directive de l’UEFA visant à proscrire toutes les protestations n’a semble-t-il pas vraiment été entendue par les joueurs.