« Rageant » pour Toulouse

L’entraineur toulousain a reconnu que le scénario et l’égalisation brugeoise dans les dernières minutes avait de quoi provoquer quelques regrets, même si le match nul n’est pas illogique en soit. « Quand on est rejoint à la fin, c'est toujours rageant. C'est dur à accepter mais c'est la cruauté de ce sport, magnifique mais qui ne pardonne pas. Après cette équipe de Donetsk, qui est favorite, les trois autres équipes vont se battre pour la deuxième place. Nous n'avons pas été en mesure de mettre en place notre jeu en première mi-temps. Le premier but nous a piqués et nous avons rapidement égalisé et pris le match à notre compte. Bruges n'a alors pas montré grand-chose et nous avons eu une maîtrise totale concrétisée par le second but. Sur la seconde mi-temps, on aurait mérité de prendre les trois points. Nous n'avons pas eu beaucoup d'occasions et si nous avions pu marquer ce troisième but, nous nous serions mis à l'abri », a regretté Alain Casanova.