Un Messi et un Di Maria, Dieu avait choisi l'Argentine

Un Messi et un Di Maria, Dieu avait choisi l'Argentine

Photo Icon Sport

Au bout d’un match pas réellement emballant, mais totalement passionnant, l’Argentine s’est qualifiée pour les quarts de finale de finale de la Coupe du Monde en venant à bout de la Suisse après la prolongation (1-0).

Opposée à la Suisse, qui n’avait pas réalisé d’étincelles depuis ce début du Mondial, et la France peut en témoigner, l’équipe d’Argentine semblait pouvoir se qualifier sans trop trembler pour les quarts de finale. Mais c’était bien mal connaître la Nati, qui allait rapidement confirmer son statut d’équipe assez imprévisible. Alors que la formation menée par Messi entamait la rencontre sur de bonnes bases, mais ne se procurait pas réellement de grosses occasions, c’est la Suisse qui faisait passer un premier gros frisson dans le dos des supporters argentins. Il fallait un excellent Romero pour repousser les essais de Xhaka, puis de Behrami (27e). L’Albiceleste connaissait un deuxième coup de chaud, mais Drmic manquait son lob alors que le portier sud-américain avait hésité à sortir (39e). Il fallait attendre la 41e minute pour voir la première grosse opportunité pour les Argentins, Di Maria reprenant un service de Messi, sans trouver la faille (41e).

La seconde période tournait cette fois en faveur de l’Argentine qui pressait de plus en plus et permettait à Benaglio, le portier suisse, de se mettre en valeur, notamment sur un tir de Rojo (59e) ou bien encore une reprise de la tête signée Higuain (62e). Le pressing s’intensifiait, Messi n’étant pas loin de débloquer la situation sur une volée du gauche qui frôlait la transversale du but helvétique (68e). Les occasions s’enchainaient au fil des minutes, mais les joueurs argentins ne parvenaient pas à marquer ce but si précieux, et restaient sous la menace d’un contre suisse. La tension était à son comble, et c’est la Nati qui se procurait la dernière occasion du temps réglementaire, la reprise de la tête de Schär passant au-dessus du but argentin (90e+1).

Pour la quatrième fois depuis le début de ces huitièmes de finale, il fallait donc aller à la prolongation pour tenter de séparer les deux formations. Et contre toute attente, la Suisse haussait encore le ton, alors que physiquement l’Argentine n’y était plus, l’Albiceleste tentant de résister aux coups de boutoir helvétiques. Di Maria était cependant proche de délivrer les siens, mais son superbe tir était sorti par un Benaglio inspiré (106e). Et c’est cette fois la Suisse qui piochait physiquement à l’entame des dernières minutes, même si l’on se dirigeait vers les tirs au but. Mais, encore une fois, Messi allait permettre à l’Argentine de rafler la mise. Transparent depuis bien longtemps, le quadruple Ballon d’Or réalisait un slalom et servait idéalement Di Maria, lequel trompait le portier suisse du plat du pied (1-0, 118e).

La Suisse était KO et en plus n’avait pas de réussite, puisque sur un ultime centre, Dzemaili voyait sa reprise de la tête être repoussée par le poteau, le ballon lui revenait dans les pieds, mais il ratait le cadre à bout portant (120e). Un dernier coup-franc dans l’axe face au poteau laissait l’espoir à aux Helvètes, mais Shaqiri ne trouvait que le mur (120e+5). L'Argentine pouvait laisser éclater sa joie, tandis que les regrets suisses seront probablement éternels.

Share