Les Pays-Bas atomisent l’Espagne d’entrée de jeu

Les Pays-Bas atomisent l’Espagne d’entrée de jeu

Photo Icon Sport

Le champion du monde en titre a complètement craqué face aux Pays-Bas, avec une défaite 5-1 à la clé. L’Espagne, pourtant mieux partie avant de perdre le fil du match, va devoir se remobiliser pour éviter une sortie prématurée. 

Pour ce premier match de la poule B, deux grosses écuries étaient aux prises avec forcément une belle option à prendre pour le vainqueur de ce match. Champion du monde en titre, l’Espagne se devait de répondre aux doutes formulés à son sujet, notamment sur son jeu connu désormais par cœur par ses adversaires. Le scénario était d’ailleurs inhabituel puisque les Pays-Bas décidaient de jouer haut, et de profiter de chaque opportunité. Sneijder, lancé en profondeur plein axe, manquait d’en profiter en raison d’un tir pas assez appuyé devant Casillas (8e). Sifflé par le public brésilien pour son choix de rejoindre la Roja, Diego Costa était de loin le principal danger offensif espagnol. L’attaquant de l’Atlético était assez facilement trouvé, et sur un service de Xavi, il crochetait De Vrij dans la surface avant de s’écrouler et de bénéficier d’un pénalty très généreux, Costa s’étant écroulé après avoir marché sur la jambe de son adversaire. Xabi Alonso, d’un pénalty à ras de terre, ne se posait pas de questions pour ouvrir le score (1-0, 27e). Les Néerlandais avaient le mérite de ne rien lâcher, et de tenter d’inverser la tendance. Ils y arrivaient de manière spectaculaire et surprenante. Sur une très longue ouverture de Bind, Van Persie filait vers le but et tentait une tête instantanée qui lobait subtilement Casillas (44e). 

A la pause, le suspense était total, et surtout les Oranje ne baissaient pas de pied, profitant pleinement des errements défensifs espagnols. Après un mauvais alignement sur le premier but, Pique se faisait dribbler par Robben dans la surface, et le joueur du Bayern allumait Casillas d’un tir en plus dévié par Sergio Ramos (1-2, 53e). Le match s’emballait clairement, et sur un coup-franc tiré au second poteau, De Vril imposait sa puissance pour marquer dans un angle fermé de la tête (1-3, 65e). Sous la pluie battante, les esprits s’échauffaient mais les Pays-Bas tenaient le bon bout, surtout avec une véritable offrande de Casillas pour Van Persie. Sur un mauvais contrôle, San Iker se faisait contrer par Van Persie, qui poussait ensuite le ballon au fond (1-4, 72e). La Roja était à la rue, et sur un contre express, Robben mettait Sergio Ramos au supplice avant de dribbler Casillas pour coller un assez incroyable 5-1 à l’un des favoris du Mondial, et surtout prendre une épatante revanche de la finale de la dernière édition.

Share