Le Costa Rica passe, et c’est un miracle

Le Costa Rica passe, et c’est un miracle

Photo Icon Sport

Pour la première fois de son histoire, le Costa Rica a validé son billet pour les quarts de finale à la faveur d’une victoire aux tirs au but face à la Grèce (1-1, 5-3 tab). Réduits à 10 et passés à quelques secondes de la victoire dans le temps réglementaire, les Ticos ont ensuite été archi-dominés pour tenir grâce à leur incroyable gardien. 

C’était probablement le 1/8e de finale le moins glamour, et aussi le moins attendu des matchs couperets de ce Mondial, mais ce fut un rendez-vous poignant jusqu’au bout des deux heures de jeu. Au coup d’envoi, la rencontre entre le Costa Rica et la Grèce valait aussi chère que les autres pour les pays concernés, et cela se ressentait d’entrée avec une grosse tension, et un match très équilibré, les Grecs n’ayant pas l’intention de laisser le ballon aux taquineurs costariciens. Alors qu’on se dirigeait presque paisiblement vers la pause, les Hellènes avaient une occasion énorme d’ouvrir le score. Sur un splendide centre enroulé de Holebas, Salpingidis faisait la reprise croisée parfaite, mais, pris à contre-pied, Navas détournait miraculeusement de la jambe ce but tout fait (38e). 

La Grèce avait laissé passer sa chance, et les Ticos allaient en profiter après le repos. Sur un service dans l’axe de Bolanos, Ruiz tentait sa chance sans contrôle en ouvrant totalement son pied de l’entrée de la surface, pour placer un tir à ras de terre qui allait doucement mourir à ras du poteau d’un Karnezis stoïque (1-0, 52e). Un but surprise, mais très fin, à l’image de son auteur. La Grèce avait du mal à accélérer mais un fait de jeu bouleversait tout cela, avec l’expulsion logique de Duarte, déjà averti et coupable d’un tacle en retard sur Holebas (66e). Dès lors, les Bleus poussaient pour trouver la faille, et comme pour le match précédent entre les Pays-Bas et le Mexique, un ultime rebondissement venait tout bouleverser. Navas, qui avait tout repoussé, s’interposait sur une frappe de Gekas à bout portant, mais Papastathopoulos avait suivi pour finir le travail (1-1, 91e). Les Grecs, déjà sauvés de l’élimination dans les arrêts de jeu face à la Côte d’Ivoire, récidivaient pour un but qui anéantissait le moral de leurs adversaires. 

Dans la prolongation, cela sentait bon le K-O, mais un seul homme s’interposait face aux vagues bleus, l’impassable et impassible Navas, qui arrivait clairement en position de force pour une séance de tirs au but quasiment inespérée par les Ticos. Et dans cette séance fatidique, personne ne semblait vouloir craquer, jusqu’à l’arrêt forcément décisif de Navas sur la tentative de Gekas. Le Costa Rica s’envolait vers les quarts et pouvait remercier son dernier rempart, qui a tout simplement privé les Grecs d’une qualification en quart de finale qui leur tendait les bras dans la prolongation. 

Share