La France sort le grand jeu face à la Suisse

La France sort le grand jeu face à la Suisse

Photo Icon Sport

La France a réalisé une impressionnante démonstration offensive face à la Suisse pour remporter son deuxième match du Mondial (5-2). La qualification n’est pas dans la poche, mais c’est tout comme pour des Bleus étincelants dans le jeu collectif et l’animation. 

Tout réussit à l’équipe de France dans cette Coupe du monde, et la Suisse en a été la dernière victime en date. D’entrée de jeu, Didier Deschamps tentait clairement un pari en laissant Pogba et Griezmann sur le banc, pour les remplacer par Sissoko et Giroud, dans ce qui ressemblait clairement à un 4-4-2. Des changements loin d’être anodins mais qui ne freinaient en rien des Bleus intraitables dès les premières minutes. La possession de balle était française, et le réalisme aussi. Sur un corner au point de pénalty signé Valbuena, Giroud s’élevait plus haut que tout le monde pour placer une tête sous la barre que Benaglio ne pouvait que dévier dans son but (1-0, 17e). Le 100e but de l’équipe de France en Coupe du monde lançait les hostilités et sur l’action suivante, Benzema récupérait un ballon donné en retrait pour décaler Matuidi. Le tir du Parisien, à ras de terre et au premier poteau, trouvait les filets, bien aidé par un Benaglio très peu inspiré (2-0, 18e). Le bateau suisse coulait presque totalement, même si du bout des gants, Lloris empêchait Mehmedi de réduire le score d’un tir croisé (30e). Mais sur l’action suivante, Benzema s’enfermait dans la surface avant de trouver une issue miraculeuse, lorsque Djourou lui prenait la jambe et provoquait un pénalty. Déjà buteur dans cet exercice face au Honduras, le Madrilène voyait sa tentative être repoussée par Benaglio. Cabaye, qui avait suivi, récupérait le ballon à cinq mètres du but et trouvait inexplicablement la barre transversale sur sa reprise (33e). Mais il était dit que les Bleus, qui jouaient en blanc, ne s’arrêteraient pas en si bon chemin, et sur un contre express après un corner suisse, Giroud filait sur la gauche pour servir parfaitement Valbuena, qui marquait de près (3-0, 40e). A la pause, les Tricolores étaient euphoriques, tandis que les Suisses étaient totalement anéantis. 

Avec ce scénario un peu fou, la seconde période démarrait forcément plus doucement, les Français entrant plus en mode gestion de la rencontre, même si chaque passage de la ligne médiane donnait des sueurs froides à une défense helvétique très fébrile. Et avec l’entrée de Pogba, cela ne pardonnait pas. Le Turinois trouvait, dans le dos de l’arrière garde, un Benzema qui marquait son troisième but de la compétition d’un tir croisé entre les jambes du gardien (0-4, 67e). Les joueurs de Deschamps retrouvaient une phase euphorique avec des périodes qui frisaient la perfection, à l’image de ce décalage de Benzema pour Sissoko, dont la reprise croisée de l’intérieur du pied rentrait au pied du poteau (5-0, 73e). Le 6-0 n’était pas loin, mais c’est finalement la Suisse qui réduisait le score, avec un but de Dzemaili sur un coup-franc à ras de terre qui passait à traver le mur (5-1, 81e). Les Français se relâchaient clairement – et logiquement – ce qui permettait à Xhaka de marquer d’une belle reprise de volée sur un ballon au-dessus de la défense française (5-2, 87e). Avec ce large succès, les Bleus ont désormais quasiment validé leur billet pour les 1/8e de finale, ce qui pourrait être le cas en fonction du score d’Equateur-Honduras. Dans le cas contraire, il faudrait un scénario catastrophe, et une très lourde défaite face à l’Equateur, pour empêcher les Tricolores de continuer l’aventure dans ce Mondial. 

Share