Anigo n'aimait pas jouer au Monopoly avec le mercato de l'OM

Anigo n'aimait pas jouer au Monopoly avec le mercato de l'OM

Photo Icon Sport

Dans sa chronique sur le site de France Football, José Anigo s’est exprimé au sujet du mercato hivernal. Une période des transferts qui, selon l’ancien dirigeant, fait surtout les affaires des joueurs.

Le mercato d’hiver vient de fermer ses portes, et comme d’habitude, les mécontents sont nombreux. On pense évidemment aux formations qui n’ont pas eu les moyens de conserver leurs meilleurs joueurs qui, eux, ne demandent pas mieux. Et c’est justement ce que dénonce José Anigo, convaincu que ce mois de janvier ne permet pas forcément aux clubs de se renforcer, mais plutôt aux joueurs capricieux d’obtenir ce qu’ils souhaitent.

« Je l'avoue sans mal, je n'ai jamais été un grand fan du mercato hivernal. (...) Moi, je serais plutôt partisan des saisons pleines avec l'obligation de finir la saison avec ton équipe de départ. Il y aurait une vraie équité sportive. Il faut également en finir avec ces joueurs qui commencent à traîner les pieds au bout de deux ou trois non titularisations et qui se projettent très tôt dans le marché d'après. Le sport c'est aussi le dépassement de soi et de ses limites, non ? Il n'est pas interdit d'insister », a commenté l’ancien coach et directeur sportif de l’Olympique de Marseille.

Le bon coup de l’OM avec Brandao

« Avec ce double mercato, on fait la part trop belle aux joueurs. Sans compter qu'en plus en hiver tu ne récupères souvent que des seconds choix, des joueurs en disgrâce ou des inconnus. Une vraie roulette russe, a-t-il ajouté. (...) En fait les vraies bonnes affaires du mercato d'hiver ne se font que dans les dernières heures quand tout le monde s'agite, s'affole, s'impatiente... C'est un vrai jeu de dupes ! Quand on connaît un peu le milieu et que l'on a bien cerné ses besoins, ça peut être cependant l'occasion parfois de se renforcer à moindre coût en profitant des besoins urgents de liquidités du club vendeur. Mais là on est dans le Monopoly, plus du tout dans le sport... » Ce dont l’OM avait su profiter en janvier 2009 pour attirer un certain Brandao, une « bonne pioche », dixit Anigo…

Share