L'ASSE souffle le show, Evian TG récolte l'effroi

L'ASSE souffle le show, Evian TG récolte l'effroi

Photo Icon Sport

Pour sa dernière sortie d’une belle année 2014 à Geoffroy-Guichard, l’AS Saint-Etienne a fait le spectacle et recollé à l’OL, en attendant la rencontre Bordeaux-Lyon, après avoir largement dominé 3-0 une formation d’Evian Thonon Gaillard qui se retrouve dans la zone rouge.

 Et il ne fallait pas arriver en retard dans le Chaudron puisque sur sa première incursion dans le camp adverse, Hamouma profitait d’une mise en action délicate de la défense d’Evian pour adresser un centre parfait que Gradel transformait aisément en but (1-0, 2e). Les Verts étaient dans un rêve et il s’en fallait de peu pour que Perrin double aussitôt la mise d’une reprise de la tête (4e). La formation de Dupraz était dans le dur, et allait craquer encore une fois, Abdallah commettant une grosse erreur de relance, avec encore une fois Hamouma en passeur décisif, cette fois pour Van Wolfinskel qui doublait la mise (2-0, 20e). L’ASSE était en mode contrôle, mais Evian Thonon Gaillard n’abdiquait pas, même si la formation de Haute-Savoie atteignait la pause sans réellement avoir inquiété Ruffier

A la reprise, Angoula était tout proche de réduire le score, mais Ruffier réussissait à sortir le ballon d’un superbe  geste alors qu’il reculait (47e). Ninkovic faisait lui aussi passer un frisson dans le dos des supporters stéphanois, mais la frappe de ce dernier fuyait le cadre (55e). Mais Saint-Etienne allait définitivement tuer le match, une nouvelle fois avec Hamouma dans le rôle principal. Mis sur orbite par Lemoine, Hamouma envoyait une frappe splendide dans la lucarne de Leroy qui ne pouvait que constater les dégâts (3-0, 65e).

La messe était dite et le match perdait en intensité, Evian Thonon Gaillard ayant définitivement abdiqué, même si les Verts essayaient d’enfoncer encore plus le clou jusqu’à l’ultime seconde sans y parvenir. Quoi qu'il en soit, l'AS Saint-Etienne a définitivement été l'une des équipes de 2014 et pourrait bien l'être encore en 2015.

Share