Jeu, set, et presque titre pour le PSG

Jeu, set, et presque titre pour le PSG

Photo Icon Sport

Après le 6-1 infligé à Lille dernièrement, le PSG a effectué un véritable récital pour battre Guingamp sur le score de 6-0. Paris n’a plus besoin que d’un nul et d’une victoire pour aller chercher son troisième titre consécutif. 

Comme il en a désormais pris l’habitude en Ligue 1, le Paris SG a tout de suite montré qui était le patron ce vendredi, lors de la réception de Guingamp. Les Bretons, qui avaient posé tant de difficultés aux Parisiens lors du match aller au point de s’imposer 1-0, ne touchaient pas le ballon du coup d’envoi jusqu’au premier but. Celui-ci arrivait de la droite, avec un centre d’Aurier, repris de la semelle par Cavani pour tromper Lossl au ras du poteau opposé (1-0, 2e). Ce but ne changeait rien à la donne, Paris confisquait le ballon et se mettait à l’abri quand Verratti l’avais décidé. L’Italien initiait un énorme pressing et récupérait le cuir, qui naviguait dans la surface pour échouer sur Ibrahimovic, qui enchainait petit crochet et frappe du gauche sous la barre (2-0, 18e). Entre temps, seul un coup-franc vertigineux de Beauvue, de 40 bons mètres, avait fait trembler Sirigu, qui s’en sortait d’une parade délicate d’une main (13e). Si le rythme baissait énormément avant la pause, le 3-0 aurait pu être splendide, avec un échange extrêmement rapide et précis entre Cabaye, Pastore et Matuidi, qui débouchait sur une frappe en force de l’Argentin, sauvée par Lossl (27e). 

Le PSG, qui était resté sur un dernier quart d’heure presque disputé en marchant, reprenait son inéluctable marche en avant après le repos. Cela déferlait dans tous les sens, et les buts s’enfilaient. Sur un service du bout du pied d’Ibrahimovic, Cavani s’échappait et croisait une frappe en force du gauche qui finissait sous la barre (3-0, 52e). Servi à droite par Pastore, Ibrahimovic prenait le temps d’ajuster un centre parfait au second poteau pour la tête victorieuse de Maxwell (4-0, 56e). Et si M. Moreira refusait un pénalty évident pour Ibrahimovic, Cavani choisissait la ruse pour alourdir le score. Sur un coup-franc vite joué par Verratti, l’Uruguayen filait au but et trompait Lossl de l’intérieur du pied (5-0, 70e). Le dernier but revenait à Ibrahimovic, sur un pénalty obtenu par lui-même pour un accrochage avec Sorbon, qu’il transformait d’un tir précis à ras du poteau (6-0, 90e). Une véritable soirée parfaite pour le Paris SG, qui en aura profité pour prendre le large au niveau de la différence de buts, avec désormais six points d’avance sur Lyon, et +45 contre +41 pour l’OL, qui compte bien évidemment un match en moins.

Share