Et en plus, le foot français perd 200 ME

Et en plus, le foot français perd 200 ME

Photo Icon Sport

C’est un peu la soupe à la grimace pour le football français en cette rentrée. Après un Mondial prometteur pour l’équipe de France, les clubs ont confirmé leurs difficultés sur le plan européen, et notamment la lutte avec la Russie pour conserver la 6e place à l’indice UEFA, et surtout des grosses difficultés à se mettre au niveau de formations parfois très modestes en Coupe d’Europe. A cela s’ajoute le départ des quelques stars qui ne jouaient pas au PSG, comme James Rodriguez, Falcao, Kalou, Cabella, Gomis ou Valbuena. Malgré cela, les clubs français sont très loin de présenter un bilan équilibré en fin de saison dernière, puisque selon L’Equipe, ce sont des pertes de près de 200 ME qui ont été constatées par la DNCG lors des passages respectifs des clubs de L1 et L2. Un bilan assez désolant sur le plan financier, mais qui s’explique facilement selon Frédéric Thiriez. 

«En raison de la crise et des taxes, les autres clubs sont obligés de vendre pour alléger leur masse salariale. La France donne l’image d’un pays qui est réticent à accueillir des investisseurs. On demande un allégement de charges qui sont insupportables par rapport à nos concurrents. En France, pour un salaire de 600.000 euros annuels, on paye 186.000 euros de charges patronales. En Allemagne, c’est 12.000 euros. Si le PSG payait les charges sociales au taux allemand, il économiserait 50 M€ par an. Dans le détail, on souhaite retrouver un système de droit à l’image, comme pour les artistes. Mais aussi la suppression de la taxe sur les spectacles, qu’il faut remplacer par une TVA à taux réduit. Et un assouplissement de la loi sur le sponsoring. Nous réclamons enfin la normalisation des loyers des stades selon des critères objectifs et la propriété du numéro d’affiliation des clubs », a déjà fait savoir le président de la LFP, qui sait que la relation entre le niveau de jeu et celui des finances des clubs français est forcément en relation quelque part.  

Share