Avec Monaco, le PSG a trouvé à qui parler

Avec Monaco, le PSG a trouvé à qui parler

Photo Icon Sport

Dans un match de très bonne facture, Monaco a donné bien du fil à retordre au PSG, qui pensait avoir fait le plus difficile en ouvrant le score. Mais Martial a égalisé dans les arrêts de jeu pour un nul logique (1-1) et qui fait les affaires de l’OM. 

Quelques jours après leur bonne performance respective en Ligue des Champions, le PSG et Monaco se retrouvaient pour une belle affiche de la Ligue 1, qui n’était pas – encore ? – un choc au sommet toutefois. Sur une pelouse magnifique, chose de plus en plus rare en L1, et dans un Parc des Princes qui attendait de la continuité après Barcelone, Paris allait rapidement trouver à qui parler. Même si le PSG monopolisait le ballon, Monaco démontrait que sa tactique inattendue sans attaquant de pointe de métier avait du sens. Les milieux monégasques faisaient parler leur puissance, et notamment Kondogbia et Bakayoko qui poussaient leurs actions au bout. Chaque formation avait ainsi une grosse occasion d’ouvrir le score, dans cette première période très rythmée. Sur un centre parfait de Maxwell, Cavani, en voulant marquer, enlevait littéralement le ballon de la tête de Matuidi, seul face au but (37e). Avant la pause, Monaco poussait et, sur un centre en retrait de Moutinho, Ferreira Carrasco effectuait une belle reprise en pivot du gauche qui s’échouait sur la barre de Sirigu (44e). 

Après la pause, les débats étaient toujours aussi équilibrés, avec toujours un cruel manque d’efficacité de Monaco, qui avait l’occasion de passer devant. Après un centre détourné par Sirigu, Kurzawa reprenait le ballon au second poteau pour marquer, mais Van der Wiel réalisait du genou un sauvetage « à la Marquinhos » pour empêcher le ballon de rentrer (61e). Il n’en fallait pas plus pour réveiller un peu le PSG qui, lui, ne laissait pas filer sa chance. Sur un centre de Bahebeck devant le but, Lucas, incroyablement oublié par Fabinho, se retrouvait seul et poussait tranquillement le ballon au fond (1-0, 71e). Paris se dirigeait logiquement vers une victoire importante à domicile, mais la réaction monégasque en fin de match était impressionnante. Rarement le PSG n’avait été dominé que dans les derniers instants du match. Dans un dernier ballon dans la surface, Raggi déviait, David Luiz dégageait, la ballon rebondissait sur Camara, puis à nouveau sur David Luiz, pour échouer sur Martial, qui marquait d’un tir raté à rebond plein centre assez bizarre (1-1, 92e). Monaco avait mis du cœur à l’ouvrage pour aller chercher un point loin d’être volé sur l’ensemble du match. Pour Paris, les difficultés à se mettre à l’abri risquent bien d’être de nouveau pointées du doigt dans les prochains jours, surtout que cela permet à l’OM de compter désormais sept points d’avance, ce qui commence à être significatif. 

Share