Condamner Benzema et Aurier, c’est être raciste regrette Riolo

Condamner Benzema et Aurier, c’est être raciste regrette Riolo

Photo Icon Sport

Dans son dernier édito sur le site de RMC, Daniel Riolo est revenu sur les affaires Karim Benzema et Serge Aurier. Deux joueurs qui, selon lui, bénéficient d’une certaine clémence grâce à leurs origines.

Si Karim Benzema, mis en examen dans l’affaire Mathieu Valbuena, et Serge Aurier, qui a insulté des membres du vestiaire du Paris Saint-Germain, ne sont pas épargnés par l’opinion publique, les deux joueurs peuvent également compter sur un soutien relativement massif. C’est du moins ce qu’affirme Daniel Riolo, qui estime que les deux accusés sont protégés par leurs origines.

« On est tous le raciste de quelqu’un aux yeux des autres. Le couperet tombe vite. C’est la "terreur" ! Du noir, de l’Arabe, du Corse, de l’homo, des femmes, de tout. La France est paralysée par ses clans. (...) Benzema n’était plus un joueur de l’équipe de France, mais un Français d’origine algérienne évoluant avec les Bleus. Toucher à Benzema, c’est se rapprocher du FN », a dénoncé le consultant avant d’évoquer la situation de l’Ivoirien.

« Les débats sont faussés »

« Dans le cas d’Aurier, on ne pouvait pas y échapper non plus. Même extraction sociale. La chasse à la bête immonde a vite été ouverte. C’est devenu une affaire d’état médiatique. Ce n’est pas un joueur du PSG, l’employé d’une entreprise qui a fauté en insultant son supérieur, non, c’est un jeune de banlieue qui a merdé et que la société ne comprend pas ! On oppose au lieu de rapprocher. On enferme, a-t-il insisté. Dans les deux cas, porter un jugement objectif sans se soucier de qui sont, socialement, les personnes impliquées est impossible ! Les débats sont faussés, biaisés. » Ce qui n’empêche pas la FFF ni le PSG de sanctionner les fautifs.

Share