La FIFA, « ce n’est pas le moment » pour Platini

La FIFA, « ce n’est pas le moment » pour Platini

Photo Icon Sport

Ancien protégé de Sepp Blatter, Michel Platini est depuis bien installé au poste de président de l’UEFA. Ce jeudi, l’ancien numéro 10 des Bleus devait décider de sa candidature ou non au poste de président de la FIFA. Ce sera finalement non, et « Platoche » s’en est expliqué. Pour l’ex-milieu de terrain de Saint-Etienne, Nancy et la Juventus, il y avait un choix à faire et il n’a pas été fait en fonction de Sepp Blatter, qui n’a d’ailleurs pas son soutien pour la prochaine élection à la tête de l’organisation mondiale du football.

« C'est le choix du cœur, de la passion, je me représente à un nouveau mandat à l'UEFA, je ne me présente pas à la FIFA, ce n'est pas un choix par défaut. Je veux finir ce que j’ai commencé. Un peu comme lorsque j’étais footballeur, et que j’allais toujours à la fin de mes contrats afin de respecter mes engagements. Là aussi, j’ai envie d’aller au bout de mon contrat avec l’UEFA. Et si les Fédérations le désirent, et de ce que j’ai vu ce matin elles le souhaitent sincèrement, il me reste encore quelques années avant que ce contrat n’expire. La FIFA ? Ce n'est pas le moment, ce n'est pas mon heure, pas encore. J'ai réfléchi longtemps, mais je n'ai pas réussi à me convaincre. Mon choix n'a pas été fait en fonction de qui est en face (Sepp Blatter). En 2007, je me suis présenté contre le candidat en place à l'UEFA (Lennart Johansson) et j'ai gagné, alors on ne peut pas m'accuser d'avoir peur de Blatter. Mon débat c'était UEFA ou FIFA. J'ai quand même de l'estime pour Blatter, mais il devrait laisser sa place. Je ne le soutiendrai pas. Je lui ai dit dans les yeux, car je pense que la FIFA besoin d'un souffle nouveau », a expliqué, à Monaco, le président de l’UEFA qui brigue un troisième mandat à la tête de l’instance européenne. 

Share