Cristiano Ronaldo ferait bien de dire merci à Benzema

Cristiano Ronaldo ferait bien de dire merci à Benzema

Photo Icon Sport

Lorsque Cristiano Ronaldo affirme que Karim Benzema est le meilleur attaquant au monde, le Portugais ne le fait pas simplement pour complimenter son coéquipier du Real Madrid. Car le Ballon d’Or 2013 le sait, ses statistiques (13 buts en six matchs de Liga) ne seraient peut-être pas aussi monstrueuses sans le travail de l’ancien Lyonnais souligné par L’Equipe. L’attaquant des Bleus est en effet le troisième Madrilène à avoir délivré le plus de passes décisives pour « CR7 », après Mesut Özil et Angel Di Maria. Mieux encore, Benzema est le meilleur passeur de Cristiano Ronaldo en Ligue des champions depuis leur arrivée à Madrid à l’été 2009. Une relation privilégiée confirmée par leur ancien coéquipier Guti, connaisseur en matière de passe décisive. 

« Ils possèdent des qualités différentes (…) Ils sont intelligents. Cristiano et Karim se complètent naturellement, a commenté l’Espagnol pour le quotidien sportif. Aucun des deux ne joue contre nature ou ne se sent contraint de changer pour que ça marche avec l’autre. Karim n’a pas la vitesse de Cristiano, mais ce dernier n’a pas le talent de passeur de Karim. Ils ont en commun de rendre meilleurs ceux qui les accompagnent, et je ne suis pas surpris de leur entente. (…) S’il est évident qu’il (Cristiano Ronaldo) peut se créer des occasions tout seul et marquer, il ne pourrait jamais avoir de telles statistiques sans Benzema. On ne peut pas mettre plus de deux buts par match sans une aide importante. Karim ne lui est pas seulement utile dans la passe décisive, il l’est très souvent, aussi, dans la construction de l’action de but. Mais cela ne signifie pas que Benzema n’en sort pas gagnant. Pour lui, qui n’est pas obsédé par les statistiques, c’est intéressant de pouvoir se décharger du rôle de buteur de l’équipe. Cela lui permet de vivre avec un peu moins de pression devant le but et d’évoluer au cœur du jeu. » Mais pour le France – Portugal de samedi soir, l’un devra se débrouiller sans l’autre.

Share