Les Green Angels affichent une banderole provocante mais...

Les Green Angels affichent une banderole provocante mais...

Photo DR

Ce dimanche, l'AS Saint-Etienne se déplace à Monaco dans le cadre de la 17e journée de Ligue 1, mais les Verts ne pourront pas compter sur leurs nombreux supporters, puisque les déplacement sont encore interdits ce week-end par les autorités. Histoire de faire entendre leur voix, l'association des Green Angels a déployé ce samedi à l'Etrat une banderole au message volontairement provocateur, puis a transmis un communiqué afin de s'expliquer.

« Malheureusement c'est plus facile d'aller en Syrie, que de chanter pour vous à Monaco... Gagnez pour nous ! »Telle est la banderole que nous avons accrochée sur le grillage du centre d’entraînement de l'Etrat pour le départ de nos joueurs sur le Rocher. Certains diront que « nous en faisons trop », et c'est par ce communiqué que nous allons démontrer que non. Notre banderole témoigne de la triste réalité que nous sommes en train de vivre, dans chaque travée de l'hexagone depuis ce terrible 13 novembre 2015. Cela fait maintenant 4 journées de championnat, qu'aucun parcage visiteur n'est ouvert en France. Le ministère de l'Intérieur en a décidé ainsi, prétextant un manque d'effectif des forces de l'ordre.

L'envers du décor est bien plus terne que les dires des autorités. En effet, lors des deux dernières journées, nos homologues Nantais et Lensois, se sont rendus malgré l'interdiction sur l'Ile de Beauté pour supporter les leurs. Pour ces premiers, la tentative est restée vaine, ils ont été accueillis par environ 80 policiers sur le tarmac de l'aéroport d'Ajaccio et ont été renvoyés illico presto sur le continent. Pour les seconds, dès leur descente de l'avion, ils ont été interpellés et ont passé de longues heures au commissariat. Manque de forces de l'ordre ont-ils dit ? Leur interdiction totale de déplacement ne serait, en fait, qu'une mesure discriminatoire, qui n'est pas la seule depuis le début de l’État d'urgence. Mesure qui leur permet une énième fois de cacher le manque de compétence et le mépris envers les supporters de football en France. Des mesures qui nous font rire jaune, lorsque l'on entend le Président de la République dire qu' « il faut continuer d'aller au stade ». Mais qu'en est-il de l'organisation de l'EURO, qui se tiendra dans quelques mois. Va-t-on là aussi interdire aux nombreux supporters étrangers de venir voir leur équipe nationale ou va-t-on les accueillir les bras grands ouverts, tant les intérêts financiers sont énormes ? Nous sommes dans le seul pays d'Europe où un supporter est plus contrôlé qu'un potentiel terroriste. Nous pouvons en faire la démonstration.

Sur la saison 2014-2015, un interdit de stade Stéphanois, pour quelques motifs que ce soit (violence, fumigène, alcoolémie, détention de stupéfiants...) a dû se rendre 58 fois au commissariat pour attester de sa non-présence durant les matchs des verts. Tandis qu'une personne fichée pour radicalisation n'effectuait qu'un pointage par semaine, soit 52 dans l'année. Enfin, si le problème est l'organisation des déplacements, nous n'avons plus rien à prouver en la matière. Dernier exemple en date, jeudi 26 novembre, alors que nous sommes déjà sous "l'Etat d'urgence", nous avons organisé avec l'ASSE et les autres associations de supporters, le déplacement de 220 supporters Stéphanois à l'aéroport de Lyon. Et cela sans qu'aucun incident ne soit à déclarer malgré le faible nombre de forces de l'ordre présentes.

Notre banderole peut choquer, mais voilà pourquoi elle est aussi criante de vérité. Nos seules armes sont nos cordes vocales, nos drapeaux, nos tambours, nos banderoles et nos tifos, pourtant nous sommes considérés comme les parias d'une République, qui perd de sa grandeur et sombre dans la peur à chaque mesure liberticide prise. Pour terminer nous dirons simplement aux autorités, qu'ils peuvent tout nous enlever sauf cet amour pour le club étoilé qui nous pousse depuis bientôt 24 ans à défendre son honneur, ses couleurs et notre mode vie à Geoffroy Guichard mais également dans tous les stades européens. A tout jamais, nous serons prêts et fiers de chanter ALLEZ LES VERTS », écrivent les Green Angels dans ce communiqué que nous publions en intégralité. 

Share