L'ASSE encore salement accusée par Gradel

L'ASSE encore salement accusée par Gradel

Photo Icon Sport

Max-Alain Gradel n’a toujours pas signé à Bournemouth, même s’il a passé lundi sa visite médicale, et l’attaquant ivoirien a déjà décidé de régler ses comptes avec les dirigeants de l’ASSE. Lundi, via Twitter, il avait déjà envoyé quelques missiles, mais ce mardi, sur Eurosport, Gradel y va encore plus fort et passe à l’offensive. Des propos qui vont évidemment faire réagir l’AS Saint-Etienne, même si les Verts doivent d’abord signer le contrat de vente de leur meilleur buteur de la saison passée.

L'ASSE voulait le vendre au Qatar ou en Russie

« Le club s'est mis d'accord avec Bournemouth, mais l'ASSE me demande de payer quelque chose de ma poche et me bloque. Je ne suis absolument pas d'accord avec ça. Je demande simplement à Saint-Etienne de se mettre d'accord avec Bournemouth sans rien me demander (…) On me bloque pour 10 millions d'euros et je sais que les deux clubs se sont mis d'accord pour une transaction de 9 millions d'euros bonus inclus (…) J’ai pris le risque de jouer en Ligue Europa. Et pour me remercier, il me demande de l'argent. Ce n'est pas normal. D'autant qu'en début d'année, j'ai prolongé mon contrat alors que je pouvais partir gratuitement. A ce moment-là, les dirigeants m'ont dit que je pourrais partir contre 3 ou 4 millions d'euros. Mon agent leur a alors affirmé que j'en vaudrai 5 et ils ont rigolé (…) Moi, cette histoire me fait ch... pour le groupe. Tout le monde est focalisé sur mon cas alors qu'il y a un match important jeudi. Je veux qu'on en finisse. Gradel à Saint-Etienne, c'est fini. Le club a laissé partir Aubameyang, on peut bien me laisser partir. Sans moi, le club existe quand même, rappelle Max-Alain Gradel, qui s’agace lorsque certains lui reprochent un manque d’ambition compte tenu de son choix d’aller à Bournemouth, qui n’est pas le plus sexy des clubs de Premier League. Mes ambitions personnelles et celles de l'ASSE sont deux choses différentes. Moi, je veux jouer en Premier League. C'est mon rêve. On dit que je pars pour l'argent, mais si j'avais encore prolongé pour Saint-Etienne, j'aurais gagné plus que ce que me propose Bournemouth. J'ai eu des propositions du Dynamo et du CSKA Moscou, ou du Qatar pour gagner 3,5 millions d'euros par an. Les dirigeants m'ont demandé de partir au Qatar et en Russie. Bournemouth, c'est un choix du cœur. »

Share