Caïazzo ne veut plus de bug chez les jeunes de l'ASSE

Caïazzo ne veut plus de bug chez les jeunes de l'ASSE

Photo Icon Sport

Alors que le déplacement à Paris se profile à l'horizon pour les Verts, le président Bernard Caïazzo a évoqué un sujet prioritaire à ses yeux : le centre de formation.

Vingtième du dernier classement des centres de formation, Saint-Etienne ne veut plus connaître une telle place. Pour cela, le président du conseil de surveillance des Verts, qui veut voir son club dans le top cinq, a dévoilé sa stratégie. Pour Caïazzo, le centre de formation est essentiel dans la progression de l'ASSE. Celui qui prône l'innovation et l'ouverture d'esprit, tout comme Christophe Galtier, a affirmé que le centre de l’Etrat progresse d'année en année. « Cette culture de recherche et développement a envahi le centre de formation », a dévoilé le dirigeant dans L’Equipe. Malgré cela, Saint-Etienne est encore loin des meilleurs centres de formation français, menés par le rival lyonnais.

« Bravo pour Zouma, Guilavogui, Ghoulam. Mais il nous manque cette capacité à former des attaquants et des techniciens. Ce n’est pas une critique car tout le monde l’a compris. Un jour, je suis allé voir les moins de 19 ans à Cannes. Un Cannois de seize ans m’a crevé les yeux. Je le signale. On le supervise. Alors qu’il ne coûtait rien, on a estimé qu’il n’avait pas le profil. Il s’appelle Vincent Koziello... Il faut être capable de ne pas pratiquer la monoculture en termes de profils et d’avoir aussi une ouverture vers l’étranger. Souvenons-nous de Bauthéac et Pastore... », a lancé Caïazzo, qui doit être fier du début de saison de ses U19, deuxièmes du classement et menés par un attaquant de gala : Hugo Roussey ... fils de Laurent Roussey.

Share