Rennes envoie Lille dans le ventre mou

Rennes envoie Lille dans le ventre mou

Photo Icon Sport

Face à une équipe lilloise insipide, Rennes a pu compter sur un Ntep de gala dans le rôle du passeur décisif pour s’imposer 2 à 0, croisant au classement le LOSC, désormais dixième de Ligue 1 et dans le doute après trois défaites de rang en championnat.

Entre deux formations aux résultats chaotiques depuis le début de saison, notamment pour Lille qui restait sur une seule victoire en cinq matches de Ligue 1, on pouvait s’attendre à un match serré et il l’a été, du moins pendant la première période. Si les deux formations se créaient quelques opportunités, à l’image de ce loupé de la tête signé Ntep, seul face au but dès la 4e minute, ou cette frappe de Corchia sur un service d’Origi (20e), il fallait toutefois attendre la seconde mi-temps pour voir la situation rapidement se décanter. Après un déboulé sur le flanc gauche, Ntep adressait un centre parfait pour Habibou qui devançait de la tête Enyeama et ouvrait le score (1-0, 47e). Le LOSC était pris à la gorge et allait rapidement craquer une deuxième fois. Ntep, encore lui, servait cette fois Doucouré, qui après un contrôle, doublait la mise d’un plat du pied imparable (2-0, 55e). Rennes s’enflammait et il fallait le poteau pour sauver Lille d’un troisième but, le tir de Grosicki touchant du bois (57e).

A l’image d’un René Girard, un peu éteint sur la touche, l’équipe lilloise n’avais réellement de réaction et semblait déjà résignée à ce forcing breton, et cela même si le coach du LOSC tentait de lancer Rodelin à la place de Frey, transparent (72e). Rennes se régalait à l’image d’un Ntep qui semait plusieurs fois la panique dans la défense adverse, à l’image de ce slalom qui hélas n’aboutissait pas (81e). Enyeama devait sortir le grand jeu pour éviter le 3-0, le gardien nordiste remportant son duel face à Grosicki, bien servi par Doucouré (83e). Rennes tentait d’enfoncer le clou dans les ultimes minutes, mais le portier du LOSC veillait toujours au grain et évitait le pire sur un ultime essai d'Hosiner (90e+2).

Share