Un grand PSG fait tomber le Barça

Un grand PSG fait tomber le Barça

Photo Icon Sport

Souvent dominé, le PSG a fait preuve d’efficacité et de solidarité pour s’imposer 3-2 face au FC Barcelone dans un match au rythme fou. Paris passe en tête de sa poule, et répond de fort belle manière aux critiques et aux doutes. 

Le PSG jouait gros, et c’était l’ambiance des grands soirs ce mardi au Parc des Princes, pour la réception d’un FC Barcelone en grandissime favori. Sur le plan du jeu, les Catalans allaient comme d’habitude prendre le contrôle de la partie, tandis que Paris tentait de faire jeu égal, sans y parvenir. Mais l’arme secrète des champions de France n’allait pas tarder à se faire connaître. Sur un coup-franc frappé par Lucas, David Luiz se permettait de contrôler dans la surface pour tirer en pivot, trouvant l’ouverture presque facilement (1-0, 10e). La réponse barcelonaise était immédiate, et impressionnante. Messi trouvait Iniesta, qui lui remettait instantanément pour une reprise croisée du gauche du prodige argentin, qui ne laissait aucune chance à Sirigu (1-1, 12e). Tout était à refaire pour Paris, qui avait du mal à se sortir du pressing barcelonais. Mais encore une fois, la solution intervenait sur coup de pied arrêté. Sur un corner au second poteau, ter Stegen effectuait une sortie mal inspirée, permettant à Verratti de placer un petit coup de tête dans le but déserté (2-1, 26e). Cette fois-ci, le PSG tenait son avantage jusqu’à la pause, plaçant même quelques contres porteurs d’espoirs en vue de la seconde période. 

A la reprise, Paris pensait bien se mettre à l’abri avec un but libérateur de Matuidi, qui reprenait parfaitement au second poteau un centre au cordeau de Van der Wiel (3-1, 54e). Mais encore une fois, Barcelone revenait dans la foulée, avec un tir enroulé de Neymar qui rentrait avec l’aide du poteau (3-2, 56e). La dernière demi-heure était épique, avec une domination sans partage des Catalans, qui squattaient littéralement la surface parisienne, sans trouver la faille, notamment grâce à un David Luiz au four et au moulin. Marquinhos sauvait sur sa ligne un tir d'Alba (82e), Munir tirait sur le poteau (85e), et le PSG tenait jusqu’au bout cette victoire si précieuse, au niveau comptable comme psychologique.  

Share