Trois points pour un PSG à deux vitesses

Trois points pour un PSG à deux vitesses

Photo Icon Sport

Auteur d’une superbe première demi-heure, le Paris Saint-Germain a battu l’OGC Nice ce samedi malgré un relâchement assez inquiétant (1-0). Suffisant pour recoller à un point de l’OM.

Cette semaine, Nasser Al-Khelaïfi a tapé du poing sur la table, mécontent du jeu pratiqué par le Paris Saint-Germain. Du coup, les Parisiens ont tout fait pour offrir du spectacle dès les premières secondes de jeu. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont réussi ! Du moins l’espace de 30 minutes. Le temps pour le PSG de surclasser des Aiglons totalement impuissants dans le jeu. A l’image de cette superbe inspiration de Cavani : contrôle de la poitrine, demi-volée du gauche, juste à côté (8e). 

Une minute plus tard, l’enchaînement d’Ibrahimovic était tout aussi beau mais sa frappe terminait sur le poteau. De leur côté, les Niçois sortaient et n’hésitaient pas à porter le danger devant, d’où les espaces laissés. Et c’est Pastore qui en profitait pour donner une belle passe lobée à Lucas, pris en sandwich par deux défenseurs… penalty ! L’offrande était transformée par Ibra (1-0, 15e). On se disait alors que l’OGCN risquait de prendre très cher compte tenu de l’impressionnante maîtrise parisienne. Même et Ibra et Cavani se cherchaient… Oui mais voilà, après la demi-heure de jeu, les Parisiens ont baissé le pied, passant même à deux doigts de l’égalisation niçoise par l’intermédiaire de Grégoire Puel qui manquait un bon centre d’Amavi (37e).

Et contre toute attente, le PSG ne réagissait même pas en seconde période. Toujours le même petit rythme qui provoque quelques sifflets du Parc des Princes. Il fallait en effet attendre la 74e minute pour voir un bon mouvement parisien lancé par Aurier dont le centre était repris de la tête par Cavani à bout portant mais l’Uruguayen voyait son ballon passer au-dessus. Toujours 1-0, alors les Aiglons commençaient à pousser et à mettre les Parisiens en grande difficulté. Amavi par deux fois passait tout près de l’égalisation en profitant de l’attentisme de la défense du PSG (76e, 78e). Les Parisiens avaient peur, et ça se sentait, même du côté de Laurent Blanc qui faisait entrer Marquinhos à la place de Motta…Finalement, le PSG s’impose 1-0 dans la douleur et revient à un point de l’OM.

Share