Rabiot a perdu six mois au PSG, et Larqué accuse

Rabiot a perdu six mois au PSG, et Larqué accuse

Photo Icon Sport

Ce samedi, Adrien Rabiot a eu droit aux félicitations du jury pour sa partition complète rendue face à Toulouse, avec un doublé à la clé, ce qui n’était pas arrivé depuis 15 ans pour un joueur formé au club à Paris. Le milieu de terrain a su saisir sa chance et répondre aux critiques, en profitant pour prendre une petite revanche, lui qui avait réussi à se mettre à dos les supporters avec son bras de fer pour quitter le PSG, et finalement prolonger sur le long terme. Une perte de temps qui agace au plus haut point Jean-Michel Larqué, qui n’hésite pas à pointer du doigt l’entourage du jeune milieu de terrain. 

« C'est une histoire de famille et ce serait bien qu'Adrien Rabiot majeur et vacciné s'affranchit de la tutelle de sa maman qui est surtout son agent et qui a tout fait à un moment donné à l'envers. Je pense que l'on a beaucoup plus pensé au tiroir-caisse qu'à la carrière du joueur ce qui a énervé les dirigeants du PSG et les supporters à juste titre. Ce n'est pas normal que l'on fasse un chantage quand on a 19 ans et qu'on a la chance de faire 20-25 matchs au PSG. Quand je vois le jeune Stambouli, milieu de terrain comme Rabiot, parti à Tottenham, et qui possède un autre vécu, il est remplaçant. Est ce que tu fais une carrière quand tu as 20 ans et que tu es remplaçant dans un grand club à cirer les bancs ? Je pense qu'à un moment il faut un peu de lucidité. Il vaut mieux faire 20 matchs au PSG et progresser plutôt que cirer le banc dans un club où tu as un temps d'adaptation et peut être une concurrence plus forte que celle du PSG. On a vu que lorsqu'il est dans l'équipe, il fait son taff, mais il a perdu six mois ce qui est important dans la carrière d'un joueur. Et s’il a perdu ce temps, ce n'est que la faute d'Adrien Rabiot et de son entourage », dénonce le consultant de RMC, pour qui Rabiot ferait bien de se concentrer sur sa progression au PSG, et plus trop regarder ce qui se dit sur lui au mercato. 

Share