PSG : Et si le Paris SG avait piégé Zlatan Ibrahimovic ?

PSG : Et si le Paris SG avait piégé Zlatan Ibrahimovic ?

Photo Icon Sport

Le contrat de Zlatan Ibrahimovic au Paris Saint-Germain s'achevant à la fin de la saison, l'avenir de ce dernier semble toujours très incertain. Mais, contrairement à ce que l'on pouvait penser, dans ce dossier, c'est Nasser Al-Khelaifi qui tire les ficelles et pas réellement le buteur suédois du PSG ou son célèbre agent, Mino Raiola. C'est du moins la version avancée par L'Equipe.

Elu pour la troisième fois en quatre ans meilleur joueur de Ligue 1, Zlatan Ibrahimovic a mis le football français à ses pieds, mais cela n'empêche pas la même rengaine de revenir à chaque fois. En effet, si Ibra est un cador en Ligue 1, dès que l'on arrive vers les sommets européens il s'essouffle. Et ce constat, les dirigeants du PSG l'ont fait dans la foulée de l'élimination contre Manchester City, Nasser Al-Khelaifi ayant constaté que Zlatan Ibrahimovic n'était plus réellement le choix d'avenir pour gagner la Ligue des champions. Cependant, si le départ du meilleur joueur et buteur de L1 cette saison est envisagé par le Paris Saint-Germain, son remplaçant n'a pas été trouvé, ce qui incite forcément à la réflexion.

Mais, comme l'affirme le quotidien sportif, si le patron du PSG a dit qu'il négociait avec Zlatan Ibrahimovic, ce n'est plus réellement le cas depuis des mois. L'été dernier, le joueur suédois aurait refusé une prolongation d'un an, et depuis le Paris Saint-Germain n'a plus fait aucune proposition dans ce sens. Alors que l'épouse de buteur a confié qu'elle avait très envie de le voir prolonger avec le PSG, et que son agent y est également favorable, Ibrahimovic est dans l'attente d'une éventuelle proposition de contrat...qui n'arrive toujours pas. Dans cette partie de poker menteur, Nasser Al-Khelaifi semble donc avoir repris la main, même si Manchester United se tient prêt à bondir au mercato, sans toutefois pouvoir garantir pour l'instant une participation à la Ligue des champions, lequel a également balayé d'un revers de la main une offre colossale venue de Chine. 

Share