Duluc pense que le PSG a fait un joli cadeau à Lavezzi et Cavani

Duluc pense que le PSG a fait un joli cadeau à Lavezzi et Cavani

Photo Icon Sport

En conférence de presse avant le match face à Montpellier, Laurent Blanc s’est fâché tout rouge contre Ezequiel Lavezzi et Edinson Cavani, qui ont tranquillement prolongé leurs vacances en Amérique du Sud d’une petite semaine pour zapper le stage de préparation des Parisiens au Maroc. Conséquence, les deux joueurs ont été punis sur le plan financier, ce dont ils devraient se remettre assez facilement, mais aussi sur le plan sportif, avec une non-sélection pour le match face à Montpellier, et cela sera probablement de même pour la rencontre à Bastia. Pas de quoi pleurer, rappelle Vincent Duluc dans son édito dans les colonnes de L’Equipe, qui estime qu’éviter les déplacements sur deux pelouses en lambeaux est loin d’être une sanction. 

« De retour de barbecue sur les plages uruguayennes, où il avaient décidé d’étirer les charmes de l’été sud-américain pendant que leurs copains revenaient au footing, Edinson Cavani et Ezequiel Lavezzi ont été privés d’un match de Coupe de France dans la boue de Montpellier et d’un déplacement à Bastia! Bon, d’accord, mais passons à la punition, maintenant. Comment ? C’était la punition ? Ah, la sévérité historique, la sanction de toutes les sanctions, la cruauté de la publique infamie ! Si on se moque un poil, c’est parce que l’on connaît justement des générations de joueurs qui auraient payé pour échapper à cet enchaînement de l’enfer. (…) Si le PSG n’avait pas été prisonnier d’une sanction à prendre, vis-à-vis de l’extérieur comme de l’intérieur, on peut presque se demander si la véritable punition, la torture authentique, l’infini tourment n’aurait pas consisté à les obliger à jouer ces deux matches sans une plainte, sans une échappatoire », a expliqué le journaliste de L’Equipe, pas loin de penser que deux matchs à Montpellier et à Bastia dès leur retour de vacances auraient plus ressemblé à une punition plutôt que cette dispense presque bienvenue.  

Share