Du suspense en L1 ? BRP et le PSG nous gâchent le plaisir...

Du suspense en L1 ? BRP et le PSG nous gâchent le plaisir...

Photo Icon Sport

Habitué à tourner au ralenti lors de la première journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain a frappé déjà un premier coup en s’imposant vendredi soir à Lille, qui plus est en étant rapidement à dix contre onze. Sur son blog, Bruno Roger-Petit estime que ce PSG version 2015-2016 va tout balayer en championnat, et vite, afin d’être en mesure de se consacrer sans problème à la Ligue des champions. Car pour le journaliste, l’Europe est la seule motivation du club de la capitale.

« Au PSG, tout passe sans casse, sans que rien ne lasse. Hélas pour ses adversaires de Ligue 1, rien ne paraît pouvoir entraver ce qui s'annonce comme une marche triomphale vers un quatrième titre d'affilée. A 10 contre 11, avec un arbitrage hostile, le PSG a remporté à Lille un match qu'il aurait perdu, en de semblables circonstances, il y a encore un an ou deux. Ibrahimovic (déjà) indisponible ? Pas grave. Rabiot expulsé ? Pas grave. Pastore aligné alors que pas prêt ? Pas grave. Motta contraint de rentrer alors qu'il boude et veut quitter le club ? Pas grave. Cavani n'est pas au mieux ? Pas grave. Non, rien n'est grave au PSG. Tout se gère et s'arrange pour le meilleur et le rire. Car tout sourit à un club qui semble aujourd'hui au sommet de sa puissance nationale. Même un arbitrage digne de la Ligue 1, c'est-à-dire médiocre, n'entrave plus le PSG en mode Zorro, "Vainqueur qui l'est à chaque fois !" On pouvait craindre, en ce début de saison 2015/16, une répétition des débuts des deux dernières saisons. À première vue, ce risque est écarté. Et c'est tant mieux pour l'équipe, puisqu'il est dit et répété que toutes les forces vives du club se doivent d'être mobilisées en vue du grand rendez-vous européen. On a compris l'intention : quand viendra l'heure des grandes joutes continentales, le PSG se devra d'être débarrassé des contingences nationales.  En clair, avoir tué la Ligue 1 bien avant d'attendre les deux ou trois dernières journées (…) Le PSG a le droit de rêver, d'avoir des ambitions mais il ne doit pas se bercer d'illusions. Une victoire en Ligue des Champions, ça se prépare, mais ça ne se décrète pas », prévient Bruno Roger-Petit, qui sait que la coupe aux grandes oreilles est encore un challenge capable de résister au Paris Saint-Germain.

Share