BRP s'oppose à Pierre Ménès sur le cas Laurent Blanc

BRP s'oppose à Pierre Ménès sur le cas Laurent Blanc

Photo Icon Sport

Dans la foulée du nul entre le PSG et Caen, Pierre Ménès avait fait part de sa fureur face à ceux qui mettaient sur le dos de Laurent Blanc ce résultat et surtout le scénario tragi-comique de cette rencontre. Mais dans son blog sur Le Figaro, Bruno Roger-Petit estime lui que l’entraîneur du Paris Saint-Germain doit assumer l’entière responsabilité des événements intervenus au Parc des Princes. Pour le journaliste, Laurent Blanc n’est plus l’homme de la situation, et cela n’est pas la première fois qu’il le dit.

« A la malchance s'est ajoutée, une fois de plus, une erreur de Laurent Blanc. Alors que par deux fois déjà, des Parisiens s'étaient blessés, provoquant des changements imposés, pourquoi l’entraîneur parisien s'est-il mis en tête de remplacer Matuidi par Van der Wiel, à 20 minutes de la fin, exposant le PSG à l'imprévu, qui n'est pas toujours improbable ? Parce que Matuidi avait pris un léger coup au genou ? L'argument est faible. Certains répondront que Blanc ne pouvait pas imaginer que Lucas serait dans l'incapacité de terminer le match et que sa sortie entrainerait la remontée de Caen. Et bien si ! Justement. Blanc aurait dû l'imaginer. Ne pas demeurer prisonnier d'un turn-over établi à l'avance en prévision du match contre Chelsea. Saisir que ce match était entré dans une spirale où tout devenait possible. Se garder un joker en réserve. L'entraineur parisien a péché par imprévoyance et arrogance. En football, cela pardonne rarement. La sanction, ce fut la double peine. Blessure et sortie de Lucas. Remontée de Caen (…) En vérité, Laurent Blanc est de plus en plus inquiétant. Des tribunes du Parc des Princes, on pouvait assister à ce que la télévision, hélas, ne montre jamais, ou si peu. Dans les dix dernières minutes fatidiques, l'entraineur parisien, touillette en bouche, paraissait débordé par les événements. On a même vu David Luiz venir s'adresser à son coach, comme pour mieux "recadrer" des consignes inappropriées. Dans cette perspective, le match qui vient contre Chelsea s'annonce tout aussi tragique. On le redoute autant qu'on le pressent. Oui, ce sera la révolte ou la fin », prévient Bruno Roger-Petit, qui affiche une confiance très relative avant la double confrontation entre le PSG et Chelsea.

Share