Taupe, comportement, niveau, Aulas sort encore la hache à l’OL

Taupe, comportement, niveau, Aulas sort encore la hache à l’OL

Photo Icon Sport

Jean-Michel Aulas n’a pas été vraiment conquis par le 0-0 de son équipe à Nantes, mais le patron lyonnais a vu des améliorations dans de nombreux domaines, et notamment sur le plan défensif. Mais tout n’est pas réglé après cette série de trois défaites qui fait très mal, et le dirigeant rhodanien l’a bien fait remarquer sur Canal+ après la rencontre à la Beaujoire. Aulas a fait comprendre que l’attitude de certains, notamment celle de Beauvue qui n’a pas salué son coach en étant remplacé, ne passait pas. Tout comme les infos sorties dans la presse en ce qui concernant les discussions dans le vestiaire. 

« Un président c’est là pour essayer d’améliorer les situations. On s’est mis dans une situation hyper difficile. L'Olympique Lyonnais n'est pas au niveau de Paris ou de l'Olympique de Marseille, mais en terme de pression c’est identique. Des choses sont sorties dans une certaine presse, des choses internes au vestiaire. Ca veut dire qu'on n’est pas bon sur terrain, mais qu'il y a aussi un ménage à faire. J’ai vu ce soir une ou deux attitudes qui ne me conviennent pas. Je peux aider le staff quand ça ne correspond pas à l'idée que l'on a, je pense avoir la légitimité pour le faire. On a mis les joueurs dans les meilleures conditions possibles. On ne leur demande pas de gagner tous les matches, mais on demande d’avoir une certaine intensité et de la solidarité. Quel que soit le talent, si collectif n’est pas là, on a du mal à assurer. Le sujet des jeunes a été réglé je pense. Ils ont apporté leur pierre à l’édifice. J’ai vu ce soir des joueurs qui ne se situent pas à leur vrai niveau. Quand on sort et qu'on ne salue pas l’entraineur, c'est un casus belli (ndlr : un acte de guerre). Il faut que les joueurs remis en cause acceptent de l’être. On avait besoin de se sécuriser. C’est normal que coach fasse tourner », a souligné le président lyonnais, qui a une nouvelle fois conforté Hubert Fournier dans ses choix. 

Share