Pierre Ménès applaudit Lacazette et tacle un ASSE « pitoyable »

Pierre Ménès applaudit Lacazette et tacle un ASSE « pitoyable »

Photo Icon Sport

Pierre Ménès n’est pas tombé en extase devant le derby OL-ASSE, mais le consultant de Canal+ a apprécie le spectaculaire réveil d’Alexandre Lacazette, auteur d’un triplé, mais clairement moins la copie rendue par l’AS Saint-Etienne à Gerland. Pour Pierre Ménès, dans ce match, chacun a eu ce qu’il méritait.

« Au-delà de la victoire de l’OL, l’information principale de ce 50e et dernier derby à Gerland, c’est le tonitruant réveil de Lacazette. L’attaquant lyonnais a eu pas mal de choses à digérer cet été : un titre de meilleur buteur et de meilleur joueur de Ligue 1, un contrat revalorisé, sa blessure au dos, l’absence de Fekir (…) Dimanche soir, au sein d’une équipe ultra-dominatrice, il a pu se concentrer sur ce qu’il fait de mieux : le boulot d’avant-centre. Avec à l’arrivée, un joli triplé. Alors bon, il doit être écrit quelque part qu’il faut une polémique d’arbitrage à chaque match de l’OL. On ne saura donc jamais si Darder a touché ou pas le ballon sur l’ouverture du score et si Lacazette était hors-jeu ou pas de 30 centimètres. Pour moi, c’est insignifiant sur ce match.  Ce qui est sûr, c’est que ce ballon piqué avec effet qui lobe et Ruffier et Pogba avant de mourir doucement dans le petit filet est splendide. L’OL a dominé ce derby de la tête et des épaules avec un Valbuena qui démontré une nouvelle fois que, dans un contexte psychologique difficile, il savait répondre présent. On peut aimer ou ne pas aimer le joueur voire l’homme, mais on doit lui reconnaître une chose : une force mentale nettement au-dessus de la moyenne.  Que dire de la pitoyable prestation des Verts ? Déjà, en voyant la compo de Galtier, avec ce milieu à trois forçats (Clément, Lemoine, Pajot) il y avait de quoi se poser des questions sur les intentions stéphanoises. Le coach des Verts a dit que l’objectif était de priver les Lyonnais de ballons. Mais comment tu fais avec ces trois-là ? Pour travailler, se replacer, récupérer le ballon, OK, pas de souci. Mais pour faire de la possession, jamais de la vie. Avec une attaque en mode « désert de Gobi » et une défense qui a fini par craquer à force de subir, Sainté a heureusement pu compter sur Ruffier, qui a évité à son équipe de prendre une claque encore plus vilaine. Aujourd’hui, les Verts parviennent à sortir des matchs intéressants et marquer des buts face aux équipes inférieures. En revanche, dès que le niveau s’élève, c’est la cata », résume Pierre Ménès, qui ne voit pas les Verts aller très haut dans le championnat s’ils ne parviennent pas à rectifier cette mauvaise habitude.

Share