Oui, oui, Aulas défend le PSG face à l'UEFA

Oui, oui, Aulas défend le PSG face à l'UEFA

Photo Icon Sport

Depuis que l’UEFA a mis en place le fair-play financier, Jean-Michel Aulas en est le principal défenseur, se félicitant régulièrement d’avoir fait le pari de construire son stade tandis que le PSG sera freiné dans ses copieux investissements. C’est ce qu’il s’est passé cet été, et effet immédiat ou non, Paris semble un peu moins fringuant sans plusieurs nouvelles recrues d’ampleur, comme le club de la capitale en avait pris l’habitude. Pourtant, du côté du patron de l’OL, on partage également l’opinion de Nasser Al-Khelaïfi, selon qui il y une sorte d’establishment au sein des grands clubs européens, et que tout est fait pour ce que cela ne change pas. 

« Paris a investi beaucoup et a dû faire des contrats de sponsoring qui sont interprétés par l’UEFA comme à la limite. Mais il y a d’autres règles et une antériorité qui favorisent d’autres pays. Nasser Al-Khelaïfi a raison d’expliquer qu’il ne faudrait pas que le fair-play financier fige les situations au détriment des clubs qui veulent grandir. De ce côté, Paris peut revendiquer une forme d’injustice. Après, ses moyens sont tellement disproportionnés par rapport aux autres clubs français qu’il faut rester vigilants pour que la concurrence ne soit pas complètement écrasée », a expliqué Jean-Michel Aulas au Parisien. Ne pas écraser la concurrence dans le championnat de France, et rester compétitif au plus haut niveau en Europe, cela semble pour le moment incompatible vu le niveau montré par les autres clubs tricolores en Coupe d’Europe ces derniers temps. 

Share