OL : Aulas s'explique après son bad buzz sur Twitter

OL : Aulas s'explique après son bad buzz sur Twitter

Photo Icon Sport

Dimanche, au lendemain de la victoire de l'Olympique Lyonnais à Toulouse, Jean-Michel Aulas s'était emballé sur Twitter, balançant des punchlines à gogo contre des supporters de son club, avec en point d'orgue un fameux message demandant à un fan de se taire car ce dernier n'avait que 9 abonnés. Une sortie du patron de l'OL qui avait engendré un bad buzz. Avant le match contre la Juventus, le président de l'Olympique Lyonnais est revenu sur toute cette histoire.

« C’est une imposture de dire que je suis seul contre tous. J’ai simplement répondu à quelqu’un qui s’appropriait le droit d’être le représentant des supporters alors qu’il avait 9 abonnés. Il se prenait pour ce qu’il n’était pas. J’ai des milliers d’appels, des contacts avec le terrain. La quasi-totalité des supporters sont derrière leur club. Bien sûr qu’il y a des gens qui sont dépités, moi le premier. Les soirs de défaites, j’ai envie de tout lâcher, de tout abandonner et évidemment, ce n’est pas comme ça qu’il faut faire, a expliqué Jean-Michel Aulas, qui s’est ensuite attaqué à un article de France-Football qui disait qu’il avait totalement perdu la main à la Ligue de Football Professionel. Concernant la LFP, j’ai lu un article consacré à la stratégie du dirigeant numéro un en France, en l’occurrence moi-même, et les deux personnes interrogés ce sont les représentant de Clermont et d’Ajaccio. Comme je le disais, avec humour, ils n’auront jamais l’occasion d’affronter la Juventus. Moi, ça doit être mon 170e match de Coupe d’Europe, j’ai été président du G14, je suis administrateur de l’ECA qui regroupe tous les clubs européens. Donc quand vous voulez jeter l’opprobre, vous laissez penser que vous êtes le détenteur des solutions. Si vous demandez à ces gens là qui critiquent, quelle est leur stratégie pour développer les revenus de la Ligue pour les cinq années qui viennent, je pense, qu’ils ont plus de soucis à se faire si ce sont eux qui prennent les rênes de la LFP. »

Share