La révolte lancée par Gonalons a tout changé à l'OL

La révolte lancée par Gonalons a tout changé à l'OL

Photo Icon Sport

Le 24 août 2014, dans la foulée d’une défaite désolante à Gerland, et alors que la tension commençait à monter autour de l’OL, Maxime Gonalons avait piqué un coup de sang, n’hésitant pas à mettre en cause les changements intervenus dans la préparation physique. Même si Jean-Michel Aulas avait appelé son capitaine à un peu plus de discrétion, le message du milieu de terrain avait été bien reçu, et les choses avaient vite évolué dans le sens réclamé par les joueurs, tout en maintenant en place la nouvelle structure de travail. Avec huit mois de recul, Christophe Jallet admet que cette petite correction faite dans le travail avait été judicieuse et que tout va mieux depuis, à l’inverse de l’Olympique de Marseille, parti à 100 à l’heure et qui tire la langue en cette fin de saison.

« Quand on joue une fois par semaine, il serait malhonnête d’affirmer qu’on ressent une fatigue physique. L’OM joue différemment de nous et lorsqu’on pratique une individuelle sur tout le terrain, c’est usant. Après les cinq premières journées, on a changé le contenu du travail physique, et depuis, on respecte ce schéma », fait remarquer le défenseur de l’Olympique Lyonnais, qui est l’un de ceux qui a joué le plus de matches cette saison. 

Share