L’OM, ses supporters et Labrune, Aulas dégomme à tout-va

L’OM, ses supporters et Labrune, Aulas dégomme à tout-va

Photo Icon Sport

Les incidents de dimanche soir ont mis sur les nerfs Jean-Michel Aulas, qui ne comprend même pas que le match ait pu repartir en seconde période. Pour le président lyonnais, il est temps que Vincent Labrune agisse pour faire respecter la loi dans les tribunes du Vélodrome. Dans un entretien au Progrès, le dirigeant rhodanien espère que les sanctions seront à la hauteur des évènements, et que l’OM se décidera peut-être enfin à s’attaquer au problème du pouvoir trop important de ses supporters. 

« Marseille est un État de non droit. Les dirigeants de l’OM n’ont pas accès aux virages qui sont gérés par les groupes de supporters. Ils n’ont pas le courage de mettre en place les règles qui sont imposées à tous les autres clubs. La palpation n’a pas été faite, ce qui veut dire que soit avec les stadiers, soit avec la police, il y a eu compromission. La Ligue et le corps arbitral ont perdu une bonne occasion d’arrêter le match. Les sanctions seront peut-être prises dans deux semaines, un mois. Il y aura appel et on ne se souviendra plus de ce qui s’est passé et qui est dramatique. Vincent Labrune devait faire respecter l’ordre, il ne l’a pas fait. Il manque d’expérience dans la gestion d’un grand club et cela le rend vulnérable. Il n’arrive pas à se remettre en question. Avec Vincent Labrune, on a créé un syndicat qui est en train de prendre le pouvoir à la Ligue et on s’entend parfaitement sur ces sujets-là. À partir du moment où il n’a pas la mesure et la maîtrise de la gestion de ces virages, on a les résultats que vous connaissez, c’est-à-dire une situation absolument dantesque et guerrière », a dénoncé un Jean-Michel Aulas qui assure que l’OL ne se mêlera pas de ce dossier désormais entre les mains des instances. 

Share