L'hécatombe de l'OL ? Une aubaine pour lui...

L'hécatombe de l'OL ? Une aubaine pour lui...

Photo Icon Sport

Cette saison encore, l’OL va largement s’appuyer sur les jeunes de son centre de formation. Prenons comme exemples Yassine Benzia et Mohamed Yattara à qui Jean-Michel Aulas veut offrir davantage de temps de jeu au détriment de l’arrivée d’un nouvel attaquant. Et la nouvelle politique des Gones est accentuée par la cascade de blessés que connaît le club depuis la saison dernière, notamment dans le secteur défensif. En effet, les absences de Milan Bisevac, Henri Bedimo, Mouhamado Dabo et de Samuel Umtiti obligent Hubert Fournier à pousser la polyvalence de ses joueurs à l’extrême, à l’image de Corentin Tolisso utilisé en tant que latéral gauche. Mais à ce poste, l’entraîneur lyonnais pourrait aussi puiser chez les jeunes parmi lesquels Louis Nganioni commence à toquer à la porte du groupe professionnel.

« De ce que je vois, je sens que je commence à compter aux yeux du coach, a confié le défenseur de 19 ans à Foot Mercato. Il me fait souvent participer aux entraînements, j’ai repris avec les pros, j’ai joué des matches amicaux. J’ai parlé un peu avec le coach, il me conseille, me tire vers le haut. Je me donne à fond, je veux lui montrer qu’il peut compter sur moi. Avec les blessés à mon poste, je dois me tenir prêt pour montrer que je veux jouer. Je ne veux pas faire de la figuration, mais prouver que je peux jouer. » D’autant que l'international U19 français est dans une année décisive pour le début d’une éventuelle carrière.

« Je suis en dernière année stagiaire cette saison. On va donc voir comment ça va se passer. Si tout se passe bien, logiquement, il doit y avoir le contrat pro à l’arrivée. C’est une année capitale pour moi, il ne faut pas que je commette de faux-pas. Beaucoup de jeunes signent pros à l’OL, je me dis pourquoi pas moi. C’est à moi de bosser, de montrer au coach que je le mérite aussi », a-t-il conclu, visiblement confiant quant à ses chances de percer dans le groupe d’Hubert Fournier.

Share