Formation, titre, stade, cette légende de l’OL qui a du mal à s’emballer

Formation, titre, stade, cette légende de l’OL qui a du mal à s’emballer

Photo Icon Sport

Depuis quelques jours, l’Olympique Lyonnais a lancé un sondage sur son site Internet pour élire les légendes du club, afin qu'elles prennent place dans l’Allée des Lumières menant au grand stade. 20 joueurs seront désignés par le grand public, et il y a de fortes chances que Serge Chiesa en fasse partie. Le milieu offensif a passé 14 ans à l’OL, y jouant 541 matchs pour 134 buts marqués, mais il restera célèbre pour avoir claqué la porte de l’équipe de France très jeune et de manière définitive pour protester contre les mises au vert. C’est dire si le Lutin de Gerland possède un fort caractère. Et il le prouve encore dans cet entretien au Progrès, où il donne son sentiment sur l’OL actuel, et ne voit pas forcément un avenir aussi radieux que cela pour les Gones. 

« On était habitué à voir jouer l’OL avec un ou deux joueurs du club, maintenant, il y en a cinq, six, plus. Les circonstances financières ont donné à ces jeunes l’opportunité de jouer. Et ils se débrouillent très bien, mais la question est de savoir si ça va durer. Mon sentiment est que l’OL vit bien un moment exceptionnel en réussissant avec des jeunes qu’il a formés. Cette saison est spéciale, car l’OL ne pourra pas toujours jouer avec une ossature de joueurs du cru. Maintenant, dans le football de haut niveau, malheureusement, un club réussit s’il a un investisseur très solide avec lui, un Qatari ou autre. Le titre ? J’aimerais bien, mais je ne le crois pas. Un club comme Paris a fait des investissements incroyables. Ce serait trop gros que l’OL soit champion de France cette année. Le Grand Stade ? J’attends de voir ce qu’il va apporter au club. Mais moi vous savez, j’allais m’entraîner à Gerland en marchant à côté de supporters qui venaient nous voir s’entraîner. On parlait ensemble sur le chemin du stade. J’allais me changer, et les gars se mettaient autour du terrain, tranquilles. Ils n’allaient pas nous piquer nos ballons ! Ce jeu devrait rester ouvert et accessible à tous… », a expliqué Serge Chiesa, dont les propos sont certainement teinté de nostalgie, même si, selon lui, la réalité économique du PSG va prochainement rattraper l’OL. 

Share