A l'OL, les salaires grimpent, grimpent, grimpent

A l'OL, les salaires grimpent, grimpent, grimpent

Photo Icon Sport

Malgré le départ de Yoann Gourcuff et son énorme contrat, la masse salariale de l’Olympique Lyonnais a pris un gros coup de boost cet été.

Les jeunes cadres qui étaient jusqu’à présent payés modestement – toutes proportions gardées – par rapport aux performances du club, ont tous revu leur contrat à la hausse. Nabil Fékir a multiplié par six ses revenus, tandis qu’Alexandre Lacazette a dépassé la barre des 4 ME annuels. Et il va sans dire que Mathieu Valbuena, qui a fait un sacrifice financier pour venir à Lyon par rapport à ce qu’il touchait en Russie, arrive proche du niveau du salaire du meilleur buteur de la Ligue 1 la saison passée.  « On reste toujours discret depuis l'incident avec Alexandre Lacazette sur les rémunérations. Mathieu a fait un très gros effort pour revenir en France. On est dans une homogénéité de grille salariale. Il est avec Lacazette parmi les plus élevés », a ainsi précisé Jean-Michel Aulas sur RMC.

Le président lyonnais fait toutefois face à des demandes de plus en plus élevées, comme c’est le cas avec Mapou Yanga-Mbiwa, qui aimerait se retrouver parmi les meilleurs salaires du club, ce qui n’est pas souvent le cas pour un défenseur. Pas de quoi faire sourciller Hubert Fournier, désireux de faire son équipe en fonction de ce qu’il voit sur le terrain, et non pas avec la fiche de paye. « Ce n'est pas en doublant ou triplant les salaires des joueurs qu'on double ou triple leur talent », a rappelé l’entraineur lyonnais, histoire de rappeler que c’était sur le terrain que les joueurs allaient devoir démontrer qu’ils méritent les efforts financiers que l’OL a fait pour eux.  

Share