Nice refuse de transformer son stade en prison

Nice refuse de transformer son stade en prison

Photo Icon Sport

Après les nouveaux incidents intervenus samedi soir à l’Allianz Riviera en plein match entre Nice et Evian Thonon Gaillard, les autorités locales ont décidé de prendre le dossier à bras le corps. Mais le Préfet a très vite prévenu qu’il était hors de question de modifier l’architecture du stade azuréen juste pour canaliser l’attitude de quelques supporters, lesquels auront droit, eux, à un changement radical de ton. 

« Nous n'allons pas transformer le stade en milieu quasi carcéral. Je tiens à le dire, je ne souhaite surtout pas faire comme si tout dépendait d'équipements supplémentaires de sécurité au stade, ou pourquoi pas de moyens humains. Tout ce qui détournerait notre attention de la responsabilité individuelle ou des groupes qui commettent des méfaits, d'une certaine façon, leur donnerait raison. Il convient de rappeler que l'Allianz Riviera est un outil magnifique, pas exclusivement réservé au football (…)  Il faut identifier le maximum de fauteurs de troubles, avec des suites administratives et judiciaires qui s'imposent. Il ne saurait y avoir la moindre complaisance », a prévenu Adolphe Colrat, qui a reconnu dans Nice-Matin que pour l’instant personne n’avait encore été identifié suite aux incidents de samedi, mais qu’il travaillait avec l’OGC Nice pour parvenir à reconnaître et interpeller quelques fauteurs de troubles.

Share