15h de garde à vue pour avoir voulu supporter Nantes !

15h de garde à vue pour avoir voulu supporter Nantes !

Photo Icon Sport

Interdits de déplacement à Amiens, où le RC Lens affrontait Nantes samedi pour le dernier match de la saison, des supporters des Canaris ont quand même fait le déplacement de manière indépendante. Et, alors qu’ils n’avaient causé aucun problème, et avaient finalement accepté de repartir du Stade de la Licorne sans faire d’esclandre avant le début de la rencontre, une quinzaine de fans nantais ont été interpellés par la police et placés en garde à vue jusqu’à dimanche midi sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux, même s’ils ont fait l’objet d’un rappel à la loi. Sur le site de 20 Minutes, un des supporters témoigne des événements assez incroyables et qui démontrent le manque de considération dont sont victimes les supporters. 

« Je suis parti de Paris avec mon cousin de 16 ans. Je fais partie d’une asso de supporters nantais, mais j’y allais en tant que supporter indépendant. On est arrivés à 19 h au stade. On a mis nos écharpes de Nantes et on s’est baladés autour du stade. Personne ne nous a rien dit. Vers 19 h 45, lorsque nous avons voulu entrer dans le stade, nous avons été stoppés au 1er barrage. Nous avons pourtant proposé d’enlever nos écharpes ou même de quitter la ville, mais ils n’ont rien voulu entendre. On nous a fait monter dans une voiture de police, puis on nous a emmenés au commissariat. Les policiers, là-bas, ne comprenaient pas trop ce qu’on faisait là et ne trouvaient pas ça normal (…) J’ai été mis en cellule. On était quatre, puis huit à l’intérieur. Mon cousin, mineur, a été mis avec les autres mineurs, dans une autre cellule. C’était sale et ça puait la pisse. Il y avait des toilettes à la turque avec des excréments partout. Au début, on nous a dit qu’on sortirait avant la fin du match. Puis à minuit. Puis à 8 h. Puis à 10 h. Finalement, on est sortis à midi, soit 15 heures de garde à vue (…) Le matin, le procureur est venu. J’ai aperçu deux personnes. Une des deux, peut-être le procureur, m’a dit que c’était honteux ce qu’il s’était passé cette nuit ! », a confié ce supporter nantais de 21 ans, effaré par les événements intervenus à Amiens. A noter que via les réseaux sociaux, Lucas Deaux, le joueur du FC Nantes, a apporté son soutien à ceux qui ont été placés en garde à vue.

Share