Monaco s'énerve aussi contre le fair-play financier

Monaco s'énerve aussi contre le fair-play financier

Photo Icon Sport

Après le Paris Saint-Germain, c’est désormais au tour de l’AS Monaco d’être dans le collimateur de l’UEFA concernant le fair-play financier. Et du côté de la Principauté, s’il était évident qu’on s’attendait à l’inspection très précise des comptes par l’instance européenne, on estime quand même que l’UEFA doit aménager ses règles afin de ne pas uniquement s’attaquer aux clubs qui veulent monter en gamme, un argument déjà utilisé par le PSG. Pour Vadim Vasilyev, qui s’exprime dans le Parisien, Michel Platini doit entendre les arguments de l’AS Monaco et une réunion est prévue pour cela.

« On a beaucoup investi à l’ASM. On parle de chiffres très importants… Et quand on a repris le club, il était dernier en Ligue 2. Maintenant, il est en Ligue des champions. Et payer des amendes qui dépassent le seuil de notre investissement, cela n’a absolument aucun sens. Il y a ce que je pense et il y a les règles. Donc il faut suivre ces règles. Moi, je dirige le club pour être en conformité avec le fair-play financier. Mais c’est vrai que, pour les clubs qui ont déjà investi avec des budgets importants, c’est beaucoup plus facile. D’ailleurs, pour faire la comparaison, ce serait quasiment impossible de monter un projet comme Chelsea de nos jours. C’est la même chose avec les exemples de Manchester City ou du PSG plus récemment. Mais on a l’impression que ce fair-play financier, tel qu’il est conçu, pénalise certains clubs et en avantage d’autres... Je ne peux pas me prononcer là-dessus. Mais je sais qu’il va y avoir une discussion au sein de l’UEFA pour voir s’il y a des modifications à apporter à la règle du fair-play financier. Et c’est surtout Michel Platini qui a organisé ce rendez-vous qui aura lieu prochainement… », a expliqué, dans le quotidien francilien, le vice-président de l’AS Monaco, déterminé à faire entendre sa voix. 

Share