OM : Flatté par Marseille, Mesloub met la pression sur Lorient

OM : Flatté par Marseille, Mesloub met la pression sur Lorient

Photo Icon Sport

Convoité par l'Olympique de Marseille et Nantes, Walid Mesloub (30 ans) n'a pas l'autorisation de quitter Lorient dont le vice-président Alex Hayes lui a fermé la porte.

Après une telle mise au point, le milieu sous contrat jusqu'en 2017 doit donc envisager une saison supplémentaire avec les Merlus. « C’est possible, même si ses mots ont été forts et peut-être un peu prématurés. Il peut penser ce qu’il veut, a réagi l'international algérien dans France Football. En tout cas, j’ai été clair avec le coach, avec la direction. Je n’ai pas eu de mauvais comportement pour avoir gain de cause, ce n’est pas dans mon tempérament. J’ai toujours respecté le club, le staff, le foot, mon métier… »

Mais après avoir refusé de prolonger, Mesloub est bien conscient que ses dirigeants ont tout intérêt à le vendre afin de ne pas le laisser filer gratuitement l'été prochain. « Mon agent a des discussions avec la direction qui vont dans ce sens. A mon avis, c’est la meilleure solution pour tout le monde, a-t-il confié. On n’a pas trouvé d’accord pour prolonger donc il n’y a plus que deux solutions, soit finir la saison et partir libre soit être transféré maintenant. Ça me permettrait de remercier le club puisqu’il récupérerait une somme d’argent. » Et en cas de transfert, un prétendant attire son attention.

Mesloub veut franchir un cap

« Forcément, l’OM, ce serait mentir de ne pas être flatté par un tel club, a reconnu le Lorientais. Mais ce n’est pas le seul club dont l’intérêt me flatte. Être sollicité, ça fait plaisir, c’est une sorte de récompense du travail accompli. Mais, pour l’instant, on en est au stade des contacts. Je n’ai pas de plan établi. Un club plus huppé que Lorient, ça m’intéresserait, même si je ne dénigre pas du tout Lorient. Ce serait simplement un nouveau challenge. En tout cas, l’étranger, je pense que c’est encore un peu tôt pour moi. » En résumé, Mesloub attend que Lorient craque pour filer.

Share