Le troisième fils de Michel à l’OM va finir par être puni

Le troisième fils de Michel à l’OM va finir par être puni

Photo Icon Sport

Habitué à piquer ses joueurs en conférence de presse, Michel s’est longuement penché sur le cas Benjamin Mendy. En cause, le manque de professionnalisme du défenseur.

A croire que Michel a tout tenté avec Benjamin Mendy (21 ans). Des rappels à l’ordre, un petit tour sur le banc des remplaçants, des amendes… Rien n’y fait, le latéral gauche continue d’agacer son entraîneur de par son attitude immature. De quoi désespérer l’Espagnol, conscient du potentiel de son joueur. 

« C’est comme mon troisième fils, je pense à lui tous les jours, a plaisanté Michel. Aujourd’hui, on a enfin réussi à la voir entrer en premier sur le terrain à l’entraînement ! C’était la première fois et vous ne pouvez pas savoir la joie que cela représente pour moi… Je sais qu’il prend un peu les choses à la rigolade mais je crois qu’il ne se rend pas compte des qualités qu’il a. Quand il mettra en phase ses qualités avec sa tête, cela donnera un latéral gauche fantastique. Comme ce n’est pas encore le cas, il est irrégulier. Et, si j’ai des cheveux blancs, c’est en partie à cause de lui. En plus, il est copain avec Michy (Batshuayi)»

Mendy comme au collège

Car ce ne sont pas simplement les retards de Mendy qui énervent le staff de l’OM. Son manque de concentration lors des séances vidéo est également souligné. « Vous avez peut-être l’impression que c’est un homme, parce qu’il est grand et costaud. Mais quand vous le regardez dans les yeux, c’est un enfant. Quand j’étais au collège et qu’on n’écoutait pas, le prof nous lançait une craie. Aujourd’hui, on est plus modernes et moi je le vise avec un laser, comme dans Star Wars, parce qu’il est dans son monde. Même pour une petite vidéo de sept minutes. Mais ce n’est pas le seul dans ce cas », a raconté l’entraîneur marseillais, qui voit l’international Espoirs français perdre un temps précieux.

« C’est incroyable qu’avec ses conditions physiques et footballistiques, il soit seulement en Espoirs, pas avec les A, a-t-il regretté. Il a beaucoup de qualités mais il faut qu’il les mette en œuvre, sinon un autre arrivera avec moins de qualités mais beaucoup d’envie et lui prendra sa place. Comment lui faire comprendre ça ? Cela lui a déjà coûté beaucoup d’argent (en amendes) et, nous, cela nous fatigue beaucoup. Et encore il y a beaucoup de choses que vous ne saurez pas. S’il savait le mal qu’il se fait… Moi cela me fait de la peine pour lui. »

La concurrence comme remède ?

C’est pourquoi, même si Paolo De Ceglie ne représente pas un concurrent de poids, Michel tente de bousculer Mendy en alignant Javier Manquillo à son poste. « Il a besoin d’être rappelé à l’ordre et on a fait jouer Manquillo latéral gauche. Mais il (Mendy) est très important pour l’équipe, a reconnu l’ancien joueur du Real Madrid. Si je ne le fais pas jouer, les gens demanderont pourquoi je l’enlève. Et si je le laisse, ils demanderont pourquoi je ne l’enlève pas… Je le dis avec le sourire mais ce n’est pas une blague. Il ne doit pas prendre ça à la rigolade. » Cette fois, Mendy devrait comprendre le message.

Share