Alessandrini n’a pas de quoi faire la révolution à l’OM

Alessandrini n’a pas de quoi faire la révolution à l’OM

Photo Icon Sport

A Marseille, Marcelo Bielsa n’est pas un adepte du turn-over. Dès lors, depuis qu’il a perdu sa place après les deux premiers matchs de la saison, Romain Alessandrini se contente du banc de touche, et de quelques entrées en jeu en fin de match. Une situation inédite pour l’ancien rennais, qui a toutefois fini par l’accepter. S’il estime avoir retrouvé sa joie de vivre après un gros moment de doute, le gaucher avoue également que le collectif prime avant tout, et qu’il n’est pas là à espérer une méforme de ses concurrents, Ayew et Thauvin principalement. 

« J’ai eu une passe difficile. Je suis titulaire lors des deux premiers matchs, les résultats ne sont pas bons, je me retrouve sur le banc, une situation que je n’ai jamais vraiment connue dans ma carrière. Mais ça m’a permis de me mettre moins de pression, de me libérer. Maintenant, je me sens mieux dans le groupe (…). Quand l’équipe fonctionne bien, on n’a pas de quoi faire une révolution. J’ai beau rentrer cinq, dix minutes, je prends du plaisir. Je me défonce pour l’équipe. Ce n’est pas mon tempérament de noter ce que Thauvin ou Ayew font de mal. Ce n’est pas mon problème. Il y a du talent, de la concurrence, à moi d’élever mon niveau. J’ai tout à prouver ici. Mon heure viendra. Le coach aura besoin des recrues », a souligné, dans les colonnes du Parisien, un Romain Alessandrini bien obligé de constater que les joueurs achetés cet été ne sont pour le moment pas utilisés par Marcelo Bielsa. 

Share