A l'OM, les victimes de la LFP vont répliquer

A l'OM, les victimes de la LFP vont répliquer

Photo Icon Sport

Sanctionné par la LFP après les incidents du match face à Bastia la saison dernière, l’Olympique de Marseille sera privé d’une partie de ses supporters pour deux rencontres. Du coup, la réaction du groupe d’ultras concerné n’a pas tardé.

Comme nous vous l’indiquions ce jeudi, l’Olympique de Marseille a écopé d’un huis clos partiel pour ses deux prochains matchs à domicile. En cause, les incidents qui ont perturbé la dernière journée de championnat la saison dernière lors de la réception de Bastia. La section basse du Virage Nord olympien sera donc fermée, ce qui agace évidemment les Yankee Nord Marseille, directement concernés par la sanction.

« Il faut arrêter avec ces punitions collectives. Une telle décision va à l'encontre des lois françaises. Ce sont les fauteurs de trouble qui sont responsables devant la loi, pas les autres, s’est emporté le responsable du groupe, Michel Tonini, auprès de La Provence. On va punir près de 5000 personnes, dont certains qui n'étaient même pas abonnés la saison dernière, pour les agissements - que je condamne d'ailleurs - de quelques énergumènes ? C'est totalement stupide. »

C’est pourquoi le groupe de supporters ne compte pas en rester là et envisage un recours : « Mais ce sera devant la justice de notre pays, pas devant les instances sportives comme la LFP, qui donne des leçons à tout le monde en faisant fi du droit français, a-t-il prévenu. Si leur volonté est de détruire ce modèle, qu'ils le fassent mais au moins, qu'ils le disent ! On ne se laissera pas faire comme ça. » Pas sûr que cette initiative puisse annuler la sanction sachant que l’OM était menacé par un sursis avant les incidents de cette 38e journée.

Share