Lens croit toujours au miracle Mammadov

Lens croit toujours au miracle Mammadov

Photo Icon Sport

La sanction infligée par la DNCG au RC Lens n’a pas simplement empêché le club artésien de recruter pendant le mercato estival. En effet, la LFP n’a pas homologué les nouveaux contrats de Samuel Atrous, Benjamin Boulenger et d’Alaeddine Yahia, tous les trois prolongés en fin de saison dernière. Autrement dit, non seulement le RCL n’a pas pu se renforcer, mais il s’est en plus affaibli à cause des quatre millions d’euros qu’Hafiz Mammadov n’a toujours pas virés pour débloquer la situation. C’est à se demander si le dirigeant azéri a réellement l’intention d’agir. Opéré du genou en avril dernier et toujours en rééducation, Yahia préfère rester optimiste.

« Même maintenant, on a encore l’espoir que l’argent arrive. Pas seulement pour nous, mais pour le groupe. On sait tous qu’on a besoin de renforts, que ce soit en quantité ou en qualité. Quand on voit qu’un gamin de 17 ans est deuxième gardien en L1, c’est génial pour lui, mais ça en dit long, a regretté le défenseur central dans La Voix du Nord. Après, le coach a su mettre des barrières avec tout ce qui se passe. Et mes équipiers remplissent très bien leur tâche. Je leur tire un grand coup de chapeau parce que ce n’est pas facile. Quant à mon cas personnel, en aucun cas le club n’a fauté sur mon contrat. J’ai signé un nouveau bail le 11 avril. Nous ne savions pas, alors, si nous allions monter en Ligue 1. Je n’avais même pas encore été opéré. Le club a très bien fait les choses avec moi et j’ai bon espoir. » Dès que les quatre millions d’euros exigés par la DNCG seront versés, Lens pourra en effet aligner ses trois joueurs prolongés, recruter un joueur en tant que joker ainsi que d’autres éléments libres de tout contrat tel que Landry N’Guemo. 

Share