Kombouaré et Lens gravement déprimés avant le derby à Lille

Kombouaré et Lens gravement déprimés avant le derby à Lille

Photo Icon Sport

Le RC Lens n’est clairement plus en mesure de sauver sa place en Ligue 1 après une saison cauchemardesque, mais le pire scénario se profile pour les supporters du Racing. En effet, c’est dimanche après-midi à Lille contre l’éternel « ennemi » que cette relégation devrait être officialisée. Et cela même si un scénario catastrophe pourrait envoyer Lens en L2 dès samedi soir si Caen, Lorient et Reims prennent chacun un ou des points. Quoi qu’il en soit, Antoine Kombouaré n’a pas voulu jouer avec les mots ce jeudi en conférence de presse, reconnaissant que le moral était à zéro avant le court déplacement pour ce LOSC-Lens.

« On ne va pas se mentir, l’état d’esprit n’est pas au mieux. On enchaîne les défaites et, forcément, la confiance se perd. On a un effectif de plus en plus limité, avec de gros soucis de blessures, sans compter la suspension de Jean-Philippe Gbamin. C'est donc compliqué de constituer un groupe pour cette rencontre qui nous attend dimanche. Mais cela reste un derby. Il y a trois points à aller chercher, et il faudra surtout retrouver un peu de fierté, un peu de joie aussi. Si l'on pouvait arracher un nul, ce serait, pour nous, synonyme de victoire. On prend le match de Lille avec le plus grand sérieux, la plus grande détermination, parce que s'il y a un match que l'on doit gagner pour faire plaisir à nos supporters, c'est celui-là ! On en est conscients. Mais, malheureusement pour nous, on travaille surtout pour rassembler les forces vives pour, je l'espère faire un grand match... L'idée, c'est de rester debout, d'offrir la meilleure résistance possible, et de leur poser des problèmes. Cela peut amener de la joie et faire plaisir à nos supporters, mais cela ne peut pas sauver notre saison. Vraiment pas », a confié l’entraîneur lensois, conscient que la descente en Ligue 2 qui s’annonce n’est peut-être pas le point final d’une descente aux enfers pour le club nordiste.

Share